Par Gabriel BIBA-NKOUKA23/12/2015

Né un 21 décembre 1949 à Yako (Haute-Volta), le Président Thomas Sankara aurait célébré ce lundi 21 décembre 2015 ses 66 ans.

Un anniversaire au gout plutôt amer avec la victoire insolente du MPP et la débâcle du Parti Sankariste (l’Unir) à la présidentielle et aux législatives du 29 novembre 2015.

Le clou sera enfoncé avec l’annonce, un 21 décembre de surcroît, des résultats concernant les recherches d’ADN sur les restes du Président Thomas Sankara : « aucun ADN « détectable » sur les restes supposés de Thomas Sankara ». Circulez donc, il n’y a rien à voir : la Françafrique tourne.

http://www.jeuneafrique.com

La rumeur était de plus en plus pressente et nous étions tous fébrilement suspendus à l’annonce de la stratégie post électorale du Bureau Politique National (BPN) de l’Unir-PS. Le plenum du BNP ordinaire du parti qui s’est tenu le samedi 19 décembre 2015 finira par nous infliger le coup de grâce.

En effet, dans sa magnificence analyse politique, le BPN du Parti Unir-PS décide de son ralliement à la majorité présidentielle et accorde son soutien au MPP de Roch Marc Christian KABORE et de Salif Diallo.

http://lefaso.net

Difficile pour tout « sankariste » d’admettre, d’accepter voire de comprendre une alliance aussi contre nature entre les dépositaires de l’idéal sankariste et (avec) ceux-là même qui sont supposés être, pour certains et pas des moindres, les principaux complices voir les commanditaires de l’assassinat du Président Thomas Sankara et de ses compagnons de fortune.

Le Président Thomas Sankara, tous ses compagnons ainsi que les multiples victimes du régime dictatorial de Blaise (inconditionnellement soutenu par le CDP et les transfuges du MPP) doivent se retourner dans leurs tombes. L’argumentaire d’une hypothétique crise politique majeure et d’un chaos national ne pourraient à eux seuls justifier un tel positionnement.

Ce 66ème anniversaire sera irrémédiablement marqué d’une pierre noire dans l’épopée sankariste. Il sera néanmoins honoré, à Montpellier, par la pose symbolique d’un généreux bouquet de fleurs sur la mythique Allée Thomas Sankara : l’équivalent de Dagnoën pour les sankaristes de Montpellier et de France.

Une manière d’exhorter la mouvance sankariste à ne pas baisser les bras, à continuer et à intensifier le combat pour la Justice et la Paix, le combat contre l’impunité, le combat pour un idéal d’intégrité, pour la dignité et l’indépendance des peuples d’Afrique.

Petite consolation et une victoire relative : Un mandat d’arrêt international a été émis ce 21 décembre 2015, à l’encontre du dictateur déchu Blaise Compaoré. Il faut espérer que la demande de son extradition immédiate soit effective.

La patrie ou la mort ! Nous vaincrons !

Gabriel BIBA-NKOUKA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp!
SVP saisissez votre nom ici

deux × 2 =