Le 04 aout 1983 marque l’avènement de la Révolution Démocratique et Populaire RDP en Haute-Volta aujourd’hui Burkina Faso. Après le 04 aout 1983 cette date est devenue une date anniversaire qui marque l’avènement de la renaissance de la Haute-Volta puis du Burkina libérée du néocolonialisme. Elle était célébrée un peu partout dans les différentes localités du pays. Puis après les évènements malheureux du 15 octobre 1987 cette date a été volontairement oubliée. Mais force est de constater que malgré la volonté d’oublier cette date, les compagnons de lutte de la RDP, les héritiers qui se réclament de Thomas Sankara organisent diverses activités un peu partout pour rendre hommage à l’avènement de la révolution et permettre aux acteurs de la RDP de témoigner et rappeler ses différentes réalisations.

Ce jeudi 04 aout 2017 date anniversaire de la RDP, s’est tenue une conférence publique à Ouagadougou au CENASA organisée par le Comité International du Mémorial Thomas SANKARA (CIMTS).

Prévue pour se tenir à 10H, c’est à 10H25 qu’a commencé la conférence avec au présidium le Président du CIMTS le Col. Bernard SANOU, Boureima YAGO un responsable à la RTB, Jean Hubert BAZIE et le Dr Barro Abdoulaye chercheur à l’université de Ouagadougou avec modérateur Jonas HIEN.

Après une brève introduction de Sam’s k le Jah puis une présentation des conférenciers, le Président du CIMTS débute la conférence avec une présentation du mémorial. Il rappelle la découverte de tombes sur le site du conseil de l’Entente où doit être construit le mémorial. Il annonce la réouverture du concours architectural pour l e projet de mémorial du 15 septembre au 15 décembre 2017. Les résultats obtenus après le premier appel ont en effet été jugés infructueux. Il s’agit de donner assez de temps aux architectes pour concevoir un projet à la hauteur de l’homme.

Puis le responsable de la RTB, après un bref rappel sur l’importance des archives nous informe que la RTB (télévision, la radio et la radio rurale) possèdent diverses archives sur la période révolutionnaire. Mais actuellement la RTB ne dispose plus d’appareils pour lire ces types de formats d’archives des années 80 (il parlait de format betacam et autres formats ). Actuellement la RTB est en discussion avec d’autres services pour trouver des solutions. Il ajoute que la résolution de ce problème émane d’une volonté politique car ce travail coute cher. A titre d’exemple, un extrait d’un film documentaire sur l’AN 1 de la révolution a été projeté.

Ensuite c’est le tour de M jean Hubert BAZIE de nous parler des différents types de presses à l’époque révolutionnaire ( sidwaya, l’intrus, observateur, carrefour, kele massa en français c’est seigneur des guerres…), il a également fait cas des colombes de la révolution, les chanteurs aux points levés …

Le professeur Barro pour sa part est intervenu sur les grands chantiers de la révolution, le Plan Populaire de Développement (PPD), l’Effort Populaire d’Investissement (EPI), les chantiers et réalisations comme la SONABHY ( Société Nationale Burkinabè d’Hydrocarbure), la bataille du rail, la construction de barrages et de lotissements à grande échelle, le découpage en provinces, les 3 luttes, l’ampleur qu’à pris le Fespaco à partir de cette époque.

Après toutes ces interventions quelques personnes ont pu poser des questions au responsable de la RTB sur les archives, puis au Dr BARRO sur la dissolution du PMK à l’époque. Le cinéaste  Congolais Balufu suggérait à la RTB de lancer un appel à l’aide à d’autres pays qui pourraient nous aider à lire ou à récupérer certaines archives.

Après sont intervenus les différents acteurs de la révolution comme les camarades Adboul Salam Kabore, Alouna Traoré, Jean Hubert BAZIE, un gendarme à la retraite ( il a même precisé que Thomas SANKARA et Blaise C se sont rencontrés à Trinita au Maroc en 1978), et également les témoignages de deux anciens CDR ( une vidéo de témoignages de Ciné Droit Libre d’une dame et d’un homme, DERME …).

Il faut noter aussi que les conférenciers ne manquaient de compléter les témoignages de leurs camarades révolutionnaires, à l’exemple du président du CIMTS qui a rencontré Blaise le 16 octobre 87. Ce dernier disait être vraiment désolé. Il a raconté aussi qu’il a rencontré le PF Thomas Sankara le 26 juillet pour échanger sur les rumeurs qui courraient et que le PF T SANKARA lui avait confié qu’il était vraiment déçu du comportement de certains de ses camarades. Il a affirmé aussi que le PF TS avait deux cahiers (bleu et rose où il prenait note lors de ses échanges). Ces cahiers n’ont pas été retrouvés

Enfin nous avons eu la présentation d’élèves venant d’un dénommé  « Lycée Thomas Sankara LTS « , un lycée d’enseignement général. En plus du programme de cours classique, le lycée propose des cours sur le leadership, les TIC, l’entreprenariat, l’éducation civique. Notons que ce lycée a introduit depuis sa création en 2015 sa tenue scolaire en faso danfani ( pagne tissé au Burkina avec le coton Burkinabè )

La conférence a pris fin vers 14H30, ça été long selon les organisateurs, notons aussi que plusieurs personnes dont moi-même n’ont pas eu la chance d’avoir la parole pour poser nos questions faute de temps. La mobilisation était plutôt moyenne.

Achille Zango

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp!
SVP saisissez votre nom ici

cinq + 2 =