La restranscription de ce discours a été assurée au Burkina Faso par Abdu Wahad Zoungo, Joseph Sawadogo, Ludovic Yigo et Inoussa Ouedraogo. Qu’ils soient ici remerciés. Il manque quelques phrases à la fin qui étaient effacés dans l’enregistrement. Thomas Sankara sera arrêté 3 jours après

« Un chat est un chat »

Une jeunesse mobilisée est dangereuse, une jeunesse mobilisée est une puissance qui effraye même les bombes atomiques. Il y en a qui possède les bombes atomiques et qui ont des problèmes avec d’autres peuples qui, eux, ne possèdent pas la bombe atomique, mais pourquoi ils n’osent pas l’utiliser? Parce qu’ils savent très bien, parce qu’ils savent très bien, que dans ces peuples que osent les attaquer, ils trouvent une jeunesse mobilisée, une jeunesse à mourir. Et nous, nous vous disons, jeunesse de Haute Volta, mobilisez vous ; l’ennemi est à nos portes, l’ennemi est chez nous et l’ennemi passera par des méthodes violentes, l’ennemi passera par toutes sortes d’actes crapuleux. Nous connaissons les débarquements fascistes qui ont été organisés ça et là contre des peuples mobilisés. Nous connaissons aussi des crimes abominables qui ont été organisés contre des peuples mobilisés. Jeunesse Voltaïque, ou bien vous vous mobilisez et vous avez l’ennemi en face, ou bien vous faites la politique de la collaboration avec l’ennemi et il ne vous attaquera pas mais il vous exploitera. Mobilisez vous ! Attaquez-le !

Mais la jeunesse c’est également tous ceux qui sont prêts à prendre les fusils contre l’ennemi extérieur (applaudissements).

Jeunesse Voltaïque, si un jour ces mercenaires que nous attendons de pieds fermes venaient ici,

Seriez-vous prêts à prendre les fusils ? Oui ! (réponse de la foule) ;

Seriez-vous prêts à combattre l’ennemi ? Oui ! (réponse de la foule) ;

Seriez-vous prêts à combattre les valets locaux de l’ennemi ? Oui ! (réponse de la foule) ;

Jeunesse Voltaïque, c’est ça la mobilisation ; la mobilisation, ce n’est pas coudre des uniformes (…) folles et organiser des banquets. La mobilisation c’est savoir combattre ses ennemis, c’est savoir les dénoncer, c’est savoir mourir pour une cause. Nous avons fait un choix, nous avons fait une option.

<media997|embed|center>

Nous savons qu’aujourd’hui, en Haute Volta même, sont en train de trembler tous ceux qui ont peur d’une jeunesse mobilisée. Qu’à cela ne tienne, nous irons de l’avant. Qu’à cela ne tienne, nous ne connaîtrons jamais l’échec parce que le jour où l’ennemi aura eu raison de nous, c’est que nous ne sommes plus en vie. Tant que nous serons en vie, nous connaitrons le succès.

Jeunesse Voltaïque, nous pensons que la dénonciation de l’ennemi extérieur et la dénonciation de l’ennemi intérieur, passent également par des actes concrets. C’est pourquoi nous vous avons conviés à des réalisations d’actes concrets, tenant compte des besoins réels du peuple Voltaïque. Nous avons décidé de lancer un certain nombre de chantiers. Ces chantiers sont pour l’instant des théâtres populaires qui vous permettront d’organiser de manière libre et dans des conditions décentes, des représentations théâtrales, des conférences, des meetings, des projections cinématographiques, et ces théâtres populaires seront également les lieux de rencontres de discussions et de débats, d’échange d’idées, de critiques et d’auto critiques ; c’est-à-dire de volonté d’aller de l’avant (…) qui de volonté de comprendre la situation politique les impératifs idéologiques ; nous vous avons également conviés à des travaux tendant à organiser dans nos villes des places de meeting. Sur ces places de meeting vous, jeunes de HV vous construirez des monuments dédiés au peuple voltaïque en marche pour sa libération.

On nous dit que ces chantiers ne sont pas prioritaires, c’est vrai ils ne sont pas prioritaires ; mais nous avons décidé de commencer par là parce que nous savons également que ces chantiers n’entrainent aucune charge récurrente, nous savons qu’avec ces chantiers il n’est pas besoin d’études longues, de dispositions financières budgétaires d’entretien. Nous voulons qu’a travers ces chantiers nous puissions tester notre capacité d’organisation, notre capacité de mobilisation, notre capacité de réalisation. Mais après ces chantiers, faites nous confiance, si le succès est acquis, nous lançons des opérations ambitieuses ; ces opérations, ça sera la construction de centaines et de centaine d’écoles ; ces opérations, ça sera la construction de centaines de dispensaires ; ces opérations, ça sera la construction de centaines de kilomètres de route ; ces opérations, ça sera la construction de dizaines de barrages ; pour ne citer que les actes concrets, pour ne citer que les actes physiques (….)

Mais la jeunesse voltaïque aura également l’occasion de s’engager vers d’autres combats, vers d’autres réalisations. Et en attendant donc que nous ouvrions des chantiers pour construire les écoles, les dispensaires, les barrages, les routes,… les ministères techniques intéressés et concernés au plus haut point, s’attellerons, et certain si attèlent déjà, à faire les études nécessaires, à faire les études correctes, pour que les chantiers démarrés, le succès soit total. Cela sera pour nous l’occasion de montrer que nous pouvons doubler, quintupler le taux de scolarisation en l’espace d’un an sans intervention impérialiste, sans intervention néocolonialiste, sans tentative de domination (applaudissements).

C’est ça la libération ! La libération ne se mesure pas au projet que l’on réalise après avoir parcouru 25 pays capitalistes, impérialistes et dominateurs pour collecter des milliards. C’est de l’inconscience, c’est de la collaboration, c’est un attentat contre le peuple. Et nous sommes contre les attentats. La libération c’est d’abord prendre en main son destin sur son propre sol, (…) l’intérêt du peuple voltaïque.

C’est dans ce cadre que nous avons osé négocier avec certains pays qui ont été qualifiés de peste. Nous avons négocié avec la Libye, nous avons négocié avec la Corée (du nord) ; et camarades , c’est donc avec ces pays que nous allons commencer les premières réalisations ; c’est avec également les expériences des autres peuples, c’est avec également les expériences des jeunesses des autres peuples que nous allons continuer ces chantiers en étant sûrs, en étant certains que nous Voltaïques à partir de maintenant, nous aurons également des leçons, nous aurons également à apprendre aux autres peuples et notamment leurs jeunesses ce que c’est que la liberté et la responsabilité.

Lorsque donc nous avons engagé ces négociations avec ces pays amis, nous avons eu des réponses favorables en fonction de ce qui est pour nous l’alpha et l’oméga, le début et le commencement, le TOUT, c’est dire l’intérêt du peuple voltaïque. Nous avons dit que nous tenions le peuple voltaïque pour responsable, le peuple voltaïque pour sujet et objet et c’est dans ces conditions que nous attendons des millions à investir en Haute Volta. En tenant compte aussi de la liberté et de l’indépendance du peuple voltaïque, nous attendons des matériaux venus de Corée, venus de Libye pour nous aider et aider le peuple voltaïque, en tenant compte des aspirations de ce peuple, en tenant compte de sa liberté à se définir, à prendre son destin en main. Cela a été pour nous une occasion très enrichissante et je sais que très bientôt la jeunesse voltaïque sera représentée à la fête de la jeunesse qui se tiendra à Tripoli.

(…) Nous irons a Tripoli pour apporter la note de la jeunesse voltaïque pour dire que la jeunesse voltaïque vient de se libérer, la jeunesse voltaïque à qui on avait interdit hier le droit de penser, de réfléchir et de dire ce qu’elle avait du fond du cœur, cette jeunesse voltaïque aujourd’hui, a pris son destin en main et sur la scène internationale, elle entend situer sa place et donner son mot. Prolongeant donc ce que vient de dire le camarade dans la salle , à savoir que la jeunesse voltaïque doit être représentée dans les organisations officielles en haute volta, je dirais même plus, la jeunesse voltaïque doit avoir sa place sur la scène internationale (applaudissements).

Nous sommes reconnaissants à tous ceux qui nous ont aidés jusque là et à tous ceux qui voudrons bien nous aider. Nous savons que certains pays nous aident sur la base de l’incitation crée par d’autres aides ; tant mieux ! Le peuple voltaïque en profitera.

Nous savons que certaines aides ont pour objectif de nous détourner de nos réels objectifs et pour intentions profondes de nous récupérer ; tant pis ! Le peuple voltaïque se chargera de ses ennemis. Ce n’est pas le CSP qui va s’en occuper ; c’est le peuple qui va s’en occuper et c’est pourquoi ils ont peur actuellement, c’est pourquoi ils attendent la fin du meeting pour ce regrouper en petit cellule et recommencer à dénigrer. Demain vous entendrez que le meeting a été un échec, mais aujourd’hui ils n’oseront jamais le dire, demain vous entendrez qu’il n’avait que des petits enfants des curieux ; aujourd’hui ils n’oseront pas le dire, aujourd’hui ils se taisent ; Peut être même qu’ils sont entrain d’applaudir(…) parce qu’ils sont obligés d’applaudir. Que voulez-vous ?

Pour combattre les ennemis du peuple il n’y a pas deux chemins, il faut allez directement. J’ai essayé… au CSP nous avons essayé de ménager l’ennemi, de le combattre de manière détournée ; c’est pas possible, il faut le combattre directement : un chat est un chat.

Camarades, je ne voudrais pas être long ; je pense que je n’ai pas été long. Parler du peuple suffit à remplir la vie d’un homme, par conséquent parler du peuple, ne serait-ce que dans sa portion qui s’appel la JEUNESSE, suffit à nous occuper tout le long de notre vie ; parce que nous serons toujours jeunes. Jeunes parce que nous allons continuer à dénoncer ; jeunes parce que nous allons continuer à combattre ; au lieu de ces personnes qui n’ont peut être que 18 ans, mais qui déjà parlent de résignation, parlent de sagesse, parlent de ménager, parlent de compromis ; il n’est pas question de compromis.

Je voudrais vous dire, je voudrais dire à la jeunesse voltaïque à travers vous qui êtes ici présents, que les chantiers que nous avons entrepris de réaliser qui commencerons dès que vous-mêmes, jeunes de haute volta, vous vous serez organisés librement et démocratiquement et sur des base anti impérialistes, nous y tenons, ces chantiers seront lancés avec les moyens que le CSP pourra mettre à votre disposition ; ces moyens nous les avons rassemblés ; ces moyens, nous attendons que vous-mêmes vous exprimiez le besoin pour qu’ils soient utilisés ; et ces moyens iront à ceux qui auront été les plus organisés.

Bobo-Dioulasso, Ouagadougou auront peut-être leur chantier les premiers, mais les 9 autres départements suivront et peut être devanceront Bobo-Dioulasso et Ouagadougou. En tout cas nous le souhaitons. Et je voudrais vous dire que le CSP n’a pas fait de choix particulier pour favoriser Bobo Dioulasso ou Ouagadougou. Nous estimons que ces villes sont égales aux autres villes de haute volta ; nous estimons que la jeunesse de Bobo, la jeunesse de Ouaga sont des jeunesses égales aux autres jeunesses.

Il n’y a que la résolution, la détermination qui comptent. Et cette résolution, cette détermination, nous pensons la trouver partout en Haute Volta.

Jeunes de Haute Volta avant de vous quitter je voudrais rappeler ceci, je voudrais rappeler que le combat que nous commençons, n’est pas seulement le combat de la jeunesse ; c’est le combat de tout le peuple voltaïque. Si aujourd’hui nous avons choisis de s’adresser à la jeunesse c’est parce que nous savons que demain nous nous adressons à d’autres. C’est le combat de tout le peuple voltaïque et le succès appartient à tout le peuple voltaïque. Les ennemis du peuple voltaïque seront les perdants ; il faut qu’ils soient perdants ; il faut qu’ils soient perdus ; il faut qu’ils soient écrasés.

C’est un plaisir de me retrouver dans cette (…)

5 COMMENTAIRES

  1. Discours de Thomas Sankara en direction de le jeunesse, 14 mai 1983 à Bobo-Dioulasso
    thomas est le plus grand hero que le monde n a jamais connu, pour moi ses idees restent et demeurent indelebile dans l esprit de tout africain (e) en general et de tout burkinabe en particulier . Il est l homme qui a beaucoup de charismes dans ses discours et slogants, qui a oeuvre beaucoup contre la corruption dans toutes ces formes , je penses que l afrique a perdu l un de ses fils le mieux place pour la hisser au rang des continent les plus developes . Mais les vrais hommes ne durent jamais au monde , que son ame repose en paix amen . A bas les assassins a bas les buveurs de sang . La patrie ou la mort nous vaincrons

    • Discours de Thomas Sankara en direction de le jeunesse, 14 mai 1983 à Bobo-Dioulasso
      < «quote>Thoma» fut un héro africain pour la liberté et du développement du continent africain un grand panafricain.que justice soit faite et que les commenditaires de son assassinat soient jugé et condamné??

  2. Discours de Thomas Sankara en direction de le jeunesse, 14 mai 1983 à Bobo-Dioulasso
    L’Afrique jusqu’à nos pleur ses hommes intergres THOMAS SANKARA en est un . Mais leur ombre planera sur l’Afrique pendant longtemps.

  3. Discours de Thomas Sankara en direction de le jeunesse, 14 mai 1983 ¨¤ Bobo-Dioulasso
    Thomas sankara est un enfant du continent africain que l’on oubliera jamais son nom mais je peux lu promettre quelques choses j’ai jure de d¨¦fendre ses id¨¦es sont objectif je le ferai si le moment se pr¨¦sente je sais que je vais tenir ma promesses pour un continent africain mobiliser. m¨ºme s’il faut mourir pour sa je vais le faire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp!
SVP saisissez votre nom ici

trois × cinq =