Le discours d’orientation politique (DOP), comme son nom l’indique, est la référence théorique de la révolution. Il a été rédigé en septembre octobre 1983 et prononcé à la radio le 2 octobre 1983. Nous vous proposons ci-dessous un extrait de l’ouvrage de Bruno Jaffré “Biographie Thomas Sankara, La patrie ou la mort“,pages 195 et196, où est expliqué comment a été rédigé ce discours.

«Au cours d’une des premières réunions du CNR, décision est prise que chacune des composantes du CNR délègue un représentant pour rédiger le Discours d’Orientation Politique. Le PAI désigne Philippe Ouedraogo, l’ULCR Valère Somé et les militaires Blaise Compaoré. En sa qualité de doyen, Philippe Ouedraogo doit se charger de piloter le comité. Mais il est entièrement pris par sa charge de ministre du Plan, de l’Equipement et des Infrastructures et ne dispose pas du temps nécessaire pour mener à bien ce travail. En accord avec Sankara qui s’impatiente, une première réunion est organisée entre les trois hommes. Ils se mettent d’accord sur le sommaire. Ce premier document devait être soumis au CNR, mais le débat n’aura pas lieu.

Valère Somé prend en charge la rédaction. Un soldat du Conseil de l’Entente est chargé de transmettre les papiers au fur et à mesure que la rédaction avance. Valère Somé en profite pour faire passer ses thèses notamment celle de « Révolution Démocratique et Populaire » qui fait donc son entrée dans le DOP. C’est ainsi que va se régler le débat théorique qui a tant passionné les acteurs de la révolution dans leur jeunesse lorsqu’ils étaient étudiants.

Le travail progresse doucement en escomptant que les deux autres réagissent. Mais le temps presse et finalement, le 2 octobre, Sankara appelle Valère vers 8 heures du matin. Il lui signifie qu’il va envoyer une voiture le chercher qu’il va le bloquer près de lui pour achever la rédaction. Il convoque les journalistes pour 20 heures afin d’enregistrer le discours. Le temps est désormais compté. Il doit se rendre le lendemain à la conférence France-Afrique de Vittel. Valère écrit les textes et Sankara les corrige. Vers 16 heures passe Soumane Touré. Sankara lui propose de contribuer au texte, mais il décline l’invitation. Ils travaillent ainsi jusqu’à minuit. Blaise Compaoré les rejoint. Lorsqu’ils pensent avoir terminé, on fait entrer les journalistes et Sankara prononce le discours dans la salle du Conseil de l’Entente où il sera assassiné. Blaise Compaoré et Valère Somé attendent dans une salle en face. Il s’interrompt un moment car il se rend compte qu’il manque une partie traitant de la politique internationale . Sankara les fait appeler pour la rédiger. Si l’on en étudie le contenu du DOP on remarque en effet que la partie concernant l’international est assez sommaire contrairement aux longs développements que l’on trouve dans les parties précédentes. Elle ne contient que quelques mots d’ordre en signe d’orientation, sans réelle analyse approfondie du contexte international. C’est ainsi que fut rédigé le document de référence de la Révolution.
»


CLIQUER SUR LE LIEN POUR LANCER LE DISCOURS ET L’ECOUTER


On pourra se reporter à l’adresse , pour trouver la retranscription écrite de ce discours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp!
SVP saisissez votre nom ici

7 − 6 =