Cette interview a été réalisée par Alassane Dougoulou, musicien, dont le nom d’artiste est Natremy (voir la présentation de son titre “La Colombe” à l’adresse à l’occasion de la sortie d’un album de cette chanteuse italienne très connue de son pays, qu’elle a dédicacée à Thomas Sankara.


Question : Pouvez-vous vous présenter Fiorella Mannoia?

Fiorella : Je m’appelle Fiorella, je suis une chanteuse Italienne Je suis parti à la connaissance de THOMAS SANKARA parce que j’ai enregistré un disque qui s’appelle SUD. Inévitablement, la parole Sud, j’ai commencé par le sud d’Italie et ensuite la pensée est allée vers tout le sud du monde. Ca n’a pas été difficile de constater que tout le sud du monde a un dénominateur commun. Tout le sud à été dépouiller, voler et tenu exprès loin du progrès et abandonné à lui-même. Le sud d’Italie comme le sud du monde et surtout l’Afrique qui a toujours été une terre de pillage.

 

Comment es-tu arrivée à la connaissance de Thomas Sankara?

Fiorella : Pour faire ce disque qui parle du sud et naturellement de l’Afrique j’ai du et j’ai voulu faire la connaissance de musiciens Africains qui résident dans mon pays ; l’ un d’eux s’appelle GABIN DABIRE. Etant le plus grand (d’âge), les autres musiciens qui le connaissent, l’appelle l’éléphant parce qu’il est comme un maitre pour eux. Mon voyage a été surtout un voyage humain avant d’être un voyage musical et la connaissance avec GABIN m’a fait connaitre mieux le BURKINA FASO/

Je sais que le pays s’appelle BURKINA FASO, ce qui veut dire le pays des hommes intègres et qu’avant on l’appelait HAUTE VOLTA. Ah voilà la patrie des hommes intègres ; et ensuite il m’a fait connaitre THOMAS SANKARA et je me suis passionné à son histoire. Il m’a parlé de lui et m’a offert un livre qui était difficile à trouver, et vu mon enthousiasme je suis allée ensuite sur les sites internet écouter ses discours et je me suis passionnée à cette Politique avec un « P » majuscule.

Nous, qui sommes habitués à notre politique, qui est devenue une politique de misère, une politique de ‘’petits hommes’’, souvent comme des faux comédiens de variété quand tu les écoutent. Et moi je n’était plus habituée parce que les derniers discours politiques remontent à plusieurs années de cela. Durant ces dernières années personne n’avait parlé de politique de cette manière, donc entendre ses discours m’avait exaltée, et pour cette raison j’ai voulu savoir tout. J’ai donc suivi environ tous ses discours.

Nous sommes présomptueux, les occidentaux pensent que certaines pensées ne peuvent être développées seulement que par eux. Et nous ne pensons jamais qu’un Africain dans les années 80 pouvait faire de tels discours tellement modernes et tellement à l’avant-garde par rapport aux nôtres.

De là à parler d’émancipation féminine ; entendre un Africain dire qu’avec la réalité Africaine, sans l’émancipation de la femme le monde ne va jamais conquérir le progrès là bas et ailleurs ; entendre dire par un homme politique qui s’est éloigné de toute sorte de biens parce que la classe bourgeoise ne pouvait être la classe dirigeante d’un pays pauvre ; entendre dire que les délégations étrangères n’étaient pas reçues dans des immeubles mais sous des arbres parce que c’est ça l’Afrique et c’est ça le BURKINA qu’ils devaient voir, alors moi je suis resté fascinée, tellement fascinée que j’ai décidé de dédier ce disque qui est juste une petite contribution à THOMAS SANKARA.


Video du titre : “Quando l’angelo vola” dédié a Thomas Sankara, prise lors du concert du 18 mars 2012 a PalaSavelli di Porto San Giorgio nelle Marche.



Ca c’est ma petite contribution parce que je suis convaincue qu’en Italie personne ne le connait et que cela intéressera quelqu’un et l’amenera à connaitre qui était THOMAS SANKARA et savoir surtout que seulement en trois ans il avait réussi à combattre les géants, c’est comme David contre Goliath . Et seulement en trois ans il a ramené un pays qui était le plus pauvre d’Afrique à vivre de ce qu’il produisait ; le coton, les patates , il ma raconté qu’il y ‘avait tellement ( je suis entrain de vous le dire mais vous connaissez toute l’histoire mieux que moi, mais je le répète et peut être ce site, parce raconté par vous semble donner pour sûr , c’est à nous de le dire) de production de patates à tel point de ne même plus pouvoir tout exporter tellement c’était abondant; et en somme entendre parler de tout ça en ce moment a été pour moi comme une bouchée d’oxygène. Malheureusement il a connu la fin que connaissent tous les grands ; mais comme vous voyez il est encore vivant.

Nous te demandons quel sera ta prochaine initiative et peut- être adressée à THOMAS SANKARA ?

Fiorella : Pour ça je ne sais pas encore ; en attendant j’ai une idée que je voulais développer. Je vais souvent à Bahia, à Salvador de Bahia qui est la ville la plus noire et la plus Africaine de tout le Brésil, il ya un groupe là bas qui s’appelle ILÊ AIYÊ (pour mieux connaitre ses musiciens http://www.youtube.com, c’est un groupe pratiquement Africain et chaque année quand le carnaval commence, ils dédient leur propre chariot à un personnage ; moi je voulais pour la prochaine année proposer au groupe ILÊ AIYÊ, de faire une année dédiée à THOMAS SANKARA ; ça c’est ce que je me donne comme objectif et j’espère le réussir.


Vu que tout le monde fête sa mort dans le mois d’octobre, on a un ami qui est engagé beaucoup et qui a même reçu des menaces de morts au Burkina, ils ont tout fait pour l’arrêter mais lui il insiste. Il s’appelle Sam’s K Le Jah, il était même en Italie dans le mois de (juin 2011) à Turin et présentement il est retourné au Burkina ; et chaque 20 et 21 décembre il organise un événement qui s’appelle SANKARA REVIVAL (parce que SANKARA est né le 21 décembre) ; alors nous serions content qu’un de ses décembres il y aura Fiorella Mannoia.

Fiorella : j’espère vivement y être et je ferais tout pour y être parce que votre invitation m’honore. Merci.

Quel message vous avez pour nos gouvernants en Afrique qui sont aussi corrompus et ne pensent pas au message qu’ a laissé ce cher président SANKARA?

Fiorella : je te le dis en tant qu’ italienne, tu as vu la condition dans laquelle nous sommes? (rire) Tu vois dans quelle condition nous sommes, comment pouvons nous vous dire , nous qui sommes aussi mal ; ainsi va le monde, et nous devons chercher à faire chacun le minimum ce que nous pouvons.

Propos recueillis par Allassane Doulougou pour le site thomassankara.net/

© Copyright thomassankara.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp!
SVP saisissez votre nom ici

trois × 1 =