Interview de Jonas Hien, Vice Président du Comité National d’Organisation.

1. Le programme est maintenant diffusé. Il est ambitieux. Etes-vous  Prêts pour que tout se déroule dans de bonnes conditions ?
Nous sommes prêts et espérons une participation satisfaisante des camarades des autres pays.

2. Où en êtes-vous avec les autorisations? Les avez-vous obtenues?
Le problème d’autorisation ne s’est jamais posé. Il s’agissait plutôt de difficultés qu’on avait rencontrées pour l’obtention de certains sites devant abriter nos manifestations. Mais ces problèmes ont été résolus par l’obtention d’autres sites.

 3. Avez-vous une idée de ce que les autorités préparent de leur côté?
Nous sommes seulement au courant que le parti au pouvoir prépare ce que je qualifierai de fête des 20 ans de pouvoir du Président Blaise Compaoré. A l’occasion un colloque international est prévu. Nous n’en savons pas plus que ça. 4. Pouvez-vous nous préciser le budget prévu et si vous avez déjà  obtenu les financements nécessaires?Le coût de nos activités est de plus de 50 millions de francs CFA. Comme nous n’avons pas des partenaires déclarés pour le financement, nous avons lancé un appel à contribution. De bonnes volontés commencent à contribuer, chacun selon ses capacités financières. C’est l’occasion de remercier ceux qui ont été apporté leur contribution et réitérer notre appel pour solliciter de celles et de ceux qui ont la possibilité de nous appuyer de le faire. C’est surtout en amont qu’on a besoin de l’argent afin de programmer conséquemment nos activités, donc en fonction des fonds disponibles. Il ne faudrait pas que l’on pense que c’est à l’approche du 15 octobre que l’on va commencer à contribuer, pour celles et ceux qui ont l’intention de le faire. 5. Pouvez-vous nous rappeler les thèmes centraux qui sont à l’ordre du jour de cette commémoration? Pouvez-vous préciser un peu?
Les thèmes sont ceux qui seront débattus lors du symposium. Les travaux se dérouleront au sein d’ateliers et de panels. Les thèmes prévus sont, entre autres,
– assainissement des finances publiques;
– Sankarisme et protection de l’environnement;
– Sankarisme et bonne gouvernance;
– Sankara et  l’aide publique au développement et le commerce équitable: la dette, l’initiative des pays pauvres très endettés, la lutte contre la pauvreté;
– Thomas Sankara 20 ans après;
– Sankara et la lutte contre la domination des puissances mondiales;- Thomas Sankara a-t-il été le précurseur de l’alter mondialisation?; Nous avons pris soin de laisser des possibilités d’ouverture afin de permettre à d’éventuelles personnalités hors du Burkina qui souhaiteraient livrer des communications de pourvoir le faire.

 6. Attendez-vous des personnalités. Ont-elles été sollicitées?
Des personnalités ont été invitées mais nous n’avons pas pour le moment de oms à vous communiquer pour la simple raison que nous n’avons pas encore leur confirmation à être des nôtres. Il nous faut avouer que nous n'avons pas les moyens de financer leur déplacement et que pour ceux qui viendront, ce sera un acte militant. Mais au delà des personnalités, nous sommes sûrs que certains viendront. Nous savons que de nombreux étrangers s'apprêtent à venir commémorer cet anniversaire et qu'ils sont très motivés pour honorer la mémoire de Thomas Sankara.

7. Pouvez-vous nous dévoiler quels sont les membres du comité national d'organisation? Comment est-il organisé?
Le comité est composé d’organisations de la société civile et de partis politiques d’obédience de l’idéal Thomas Sankara. Il est organisé en commissions de travail, au nombre de dix, chaque commission étant commise à des tâches précises en vue du succès de l’événement.

8. Pouvez-vous nous présenter un peu plus les deux coordinateurs?Le Président est Monsieur Chériff SY. Il est journaliste, Directeur de publication d’un journal paraissant tous les lundi dont le titre est BENDRE. Le Vice-Président est Monsieur Jonas HIEN, un acteur de la société civile burkinabè et il est le Président de la Fondation Thomas Sankara.

9. Les deux partis sankaristes l'UPS et l'UNIR/MS y sont tous deux représentés. La collaboration s'est-elle déroulée dans de bonnes conditions?
Je dois dire d’abord qu’il y’a trois partis dans le comité; ceux que vous avez cité et un autre du sigle CNR/MS. Je dois préciser également que ce n’est pas la première fois que nous commémorons les anniversaires de l’assassinat du Président Thomas Sankara. Et chaque année, la configuration du comité d’organisation a toujours été la même, c’est-à-dire les partis politiques et les associations non politiques. Et la collaboration entre les partis a toujours été bonne. Avec le 20è anniversaire, la collaboration est devenue très bonne.

 10. L'attente est-elle importante de la part de la population? En avez-vous des échos?
Avec les difficultés que nous avons rencontrées pour obtenir des espaces, c’est là que nous avons sentis que la population suit de près ce que nous faisons. On a eu des échos un peu partout de ce que la population a été indignée de cette tentative de sabotage de notre action. Cela témoigne déjà de ce que nous attendions de la population. Et de plus en plus on sent un grand intérêt des populations au centre et dans les autres provinces à mener l’action ensemble. Nous attendons beaucoup d’elle pour le succès dans la commémoration.

11. Avez-vous une idée des réactions éventuelles du pouvoir? Ne craignez-vous pas des provocations?
Nous n’avons aucune idée de sa réaction et nous ne craignons pas des provocations. S’il y’a des tentatives de provocation, nous ferons tout pour éviter cela.

 12. Un député du CDP vous dénie le droit d'organiser la commémoration parce que ce serait une initiative proposée par des altermondialistes àBamako lors du forum social? Que répondez-vous?
Il aura une réponse certainement après par le même canal. Pour l’heure, ce n’est pas une position à même de nous freiner dans notre action. Il a le droit de dire ce qu’il en pense et nous aussi avons le droit de continuer nos préparatifs.

13. Qu'en est-il des concerts qui étaient prévus? Quels sont les artistes prévus?
Les concerts sont maintenus. Les contacts avec les artistes internationaux se poursuivent. Mais là aussi il n’ya pas encore de confirmations fermes. En tous les cas, le concert va se tenir, même si ce sera avec des artistes nationaux. L’essentiel c’est le message qui sera passé aux populations. Et il y’a des artistes au Burkina Faso, très engagés. Le concert de notre camarade Sam’sK Le Jah, le 2 septembre dernier a été formidable. Il faillait en être témoin oculaire.

 14. Quel message pour vos invités?
Je voudrais rassurer ceux qui désirent venir au Burkina Faso pour cet événement que les préparatifs se poursuivent bien et que leur présence à nos côtés est nécessaire. Nous attendons leur confirmation et surtout grand merci à tous les comités nationaux d’organisation des différents pays pour leur dynamisme admirable.

 

 

Les coordonnées du compte ouvert pour recevoir les dons


Compte N° 01358040009 au nom de «Fondation Thomas Sankara pour l’Humanité»

Code banque: C0084
Code guichet: 01001
Clé RIB: 21

domicilié à
BANK OF AFRICA – BURKINA FASO
Avenue du Président Aboubakar Sangoulé LAMIZANA
01 BP 1319 Ouagadougou 01
BURKINA FASO

 


LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp!
SVP saisissez votre nom ici

onze − 3 =