ISBN-10: 2342024142

ISBN-13: 978-2342024142

Editeur Publibook (18 juin 2014)

Essai (18 juin 2014) 22,95€, 286 pages;

Présentation de l’ouvrage (officielle

Le 15 octobre 1987, un coup d’État au Burkina Faso. Le capitaine Thomas Sankara est assassiné, avec douze de ses compagnons. Son ami, Blaise Compoaré, prend les leviers du pouvoir. En 2014, il totalise vingt-sept ans de pouvoir. Pour être fidèle à la Loi fondamentale de son pays, il ne doit plus se présenter aux élections présidentielles en 2015. Mais ce n’est pas l’avis du président qui veut ressembler à ses pairs africains en la matière…

Tortures et assassinats d’opposants, corruption, discours hypocrites et démagogiques… Des années 80 à nos jours, Vincent Ouattara livre un tableau critique de la politique burkinabè, rendant dans les détails la gestion du pouvoir par le président Blaise Compaoré. Le lecteur a un témoignage de premier ordre pour comprendre les complicités des puissances extérieures au chef de l’État qui lui permettent d’agir en toute impunité sur les scènes intérieure et internationale.Remarquablement documenté, « L’Ère Compaoré » est effrayant. Un essai courageux, édifiant et nécessaire.

Il s’agit d’une version actualisée du livre du même auteur présenté à http://thomassankara.net/?p=279 (NDLR)

Présentation de l’auteur

Né à Bobo Dioulasso (Burkina Faso), Ouattara Vincent est titulaire d’un master of Art en journalisme international, d’un P.h.d en Culturologie et d’un certificat d’enseignant de la langue russe.

Actuellement enseignant en littérature à l’universdité de Koudougou au Burkina, il écrit romans et essais pour contribuer à la construction de la paix dans son pays et en Afrique.

Il a déjà publié :

Le secret des sorciers noirs, 200 pages, Publibook, mars 2013
La Vie en Rouge, 156 pages, Soulieres éditeur, septembre 2008
Halidou Ouedradogo, une vie de lutte, 138 pages, Sankofa & Gurli, mai 2008
Procès des putschistes à Ouagadougou, Imprimerie du Progrès, Ouagadougou, février 2004
Idéologie et tradition en Afrique noire, 160 pages, L’harmattan, janvier 2002
L’aurore des accuses et des accusateurs L’Harmattan, juin 1994
La situation linguistique et le processus ethnique au Burkina Faso, in sociolinguistic review, College Trinidad, Université de Dublin, 1992

—-

Table des matières

Préface …………………………………………………………………………………….9

Introduction.……………………………………………………………………………13

I. De la Révolution à la Rectification ……………………………………….17

II. La métamorphose de l’État et la lutte pour le pouvoir politique ………53
1. Adoption de la constitution………………………………………………..53
2. Le printemps des partis politiques et la fronde au sein du Front
Populaire…………………………………………………………………………….59
3. La concertation des partis politiques …………………………………..63
4. Les autorités religieuses…………………………………………………….69
5. La cooptation de la chefferie traditionnelle ………………………….70
6. La rencontre avec les centrales syndicales……………………………75
7. Les Organisations Non Gouvernementales (ONG) ……………….79
8. La formation du gouvernement de transition………………………..80
9. Les élections de la victoire entachées de sang………………………83
10. Le Forum de réconciliation nationale ………………………………..98
11. Blaise Compaoré – Docteur Honoris Causa ……………………….99
12. La dislocation de la CFD……………………………………………….100

III. La résurgence des crimes et répressions ……………………………..107
1. La mort de David Ouédraogo …………………………………………..119
2. La mort de Norbert Zongo et ses compagnons ……………………122
3. La journée nationale du pardon 30 mars 2000…………………….130
4. Du Naaba Tigré au président Blaise Compaoré…………………..142
5. Le temps du nouveau discours………………………………………….156

IV. Quelques fondements socioanthropologiques et économiques du pouvoir….165
1. Le démon ethniciste et régionaliste …………………………………..165
2. Le fétichisme et le maraboutage ……………………………………….170
3. La capitalisation des liens de parenté et d’amitié ………………..178
4. La capitalisation du prestige : le règne des nouveaux narcisses…..183
284

V. Une diplomatie au service du chef de l’État……………………….187
1. Le chef de l’État : médiateur dans les conflits, homme de paix
et de dialogue…………………………………………………………………….187
2. Libération des otages ………………………………………………………219

VI. La faillite d’un système de gestion……………………………………227
1. Négociation de la dette et ajustement structurel ………………….227
2. Quelques réflexions sur l’économie…………………………………..245

Conclusion.……………………………………………………………………………253

Annexes..………………………………………………………………………………257

—-

Nos commentaires

Nous avons déjà dit tout le bien que nous pensions du travail de Vincent Ouattara, écrivain, éclectique, auteur de recherches universitaires, romancier et essayiste, et notamment de la première version de cet ouvrage (voir à http://thomassankara.net/?p=279).
Nous disions alors «C’est bien un livre de toute première importance que cet ouvrage de Vincent Ouattara, non seulement pour dénoncer les véritables ressort du pouvoir de Blaise Compaoré mais salutaire pour l’appel qu’il lance auprès de son peuple», avec cependant cette réserve : «Ce tableau déjà bien noir, serait presque complet s’il n’y manquait la dénonciation des interventions du Burkina Faso de Blaise Compaoré dans les pays voisins, y compris en envoyant ses militaires comme au Libéria, et des trafics divers, dont a été accusé le Burkina dans différents rapports de l’ONU. Il y a donc place pour d’autres ouvrages».

Malheureusement son premier ouvrage n’avait pas eu le rayonnement qu’il méritait du fait d’un éditeur qui ne faisait pas son travail. Nous étions régulièrement sollicités par des personnes nous demandaient où trouver le livre qui était devenu introuvable, alors même que Vincent Ouattara effectuait une tournée en France à l’invitation du l’association SURVIE.

Il a donc fallu attendre que la justice aille à son terme et que Vincent Ouattara puisse de nouveau retrouver ses droits. C’est désormais chose faite, il a gagné le procès et récupéré ses droits.

C’est d’autant plus bienvenu, que le Burkina est véritablement entré dans la préparation de l’après Blaise Compaoré. Ce dernier avait acquis une stature de «médiateur international», grâce aux soutiens des puissances occidentales, une stature qui commence d’ailleurs à se fêler, depuis la guerre du Mali et le soutien trop flagrant du Burkina au MNLA et à Ansar Dine. Et la question va bien sur bientôt se poser de savoir si Blaise Compaoré doit être jugé ou non. Cet ouvrage vient rappeler la cruauté du système qu’il a mis en place, les nombreux assassinats sous son régime, et la main mise d’un clan familial sur une bonne partie de l’économie et son cortège de corruption. Et notre réserve sur la précédente édition n’a plus lieu d’être car l’implication du Burkina dans les guerres effroyables du Liberia, en Sierre Léone, en Côte d’ivoire mais aussi plus récemment au Mali sont désormais développés.

Nulle ne pourra dire on ne savait pas au moment où il faudra décider si cet homme doit terminer sa vie en toute tranquillité où s’il doit rendre des comptes et être jugés pour tous ses crimes. C’est d’ailleurs un débat lié intimement à celui de son départ. Si certains prônent une retraite tranquille pour qu’il accepte de partir, alors qu’il est au pouvoir depuis 27 ans, d’autres cependant réclament justice.

Combien de livres sont-ils sortis sur Blaise Compaoré ? Très peu et la plupart ont probablement touché des subventions du pouvoir pour chanter les louanges de l’«homme de paix» tant ils paraissent peu objectifs. Des livres critiques? Nous n’en connaissons guère. Il existe pourtant de plus en plus de journalistes courageux dans ce pays qui se lancent dans des investigations sérieuses, mais ils n’écrivent pas de livre ou tout simplement ne trouvent pas d’éditeur. Alors ce livre courageux apparait bien précieux et qui plus est le résultat d’un travail, sérieux, précis, documenté, dans un style assez caustique, tant la situation est grave.

Permettons nous une nouvelle petite réserve. Le pays vit en quelque sorte un printemps démocratique. Non pas parce que Compaoré a décidé d’être démocrate. Mais parce que le peuple retrouve le gout du combat pour la démocratie et a déjà envahi plusieurs fois les rues des grandes villes pour exiger que Blaise Compaoré qui dirige ce pays depuis 27 ans ne se représente pas. Car son entourage demande un référendum pour changer la constitution qui pour l’instant limite à deux le nombre de mandats présidentiels consécutifs. Il n’est pas fait mention à ses mobilisations massives. Nous pardonnerons à Vincent Ouattara car nous savons les difficultés qu’il a rencontrés, entre son travail, le procès de son ancien éditeur, la situation de son pays qui évolue rapidement et les délais de fabrication des livres. Et il faut bien s’arrêter un jour.

Un livre essentiel, précieux et de qualité. Indispensable donc pour tous ceux qui aiment, et ils sont nombreux, ce pays, burkinabè ou non!

Bruno Jaffré

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here

3 × cinq =