Présentation du film

Les États-Unis d’Afrique, deuxième long métrage de Yanick
Létourneau, suit la quête de Didier Awadi, un des pionniers du rap sur le continent africain. Celui-ci travaille alors sur un nouvel album intitulé “Présidents d’Afrique”, (voir la présentation à l’adresse http://thomassankara.net/?p=947), en hommage à ces révolutionnaires morts pour l’idéal d’une Afrique unie, indépendante et fière.

Ses recherches le mènent en France, au Burkina Faso pour rejoindre son ami Smockey, (voir le morceau à “La patrie ou la mort” en hommage à Thomas Sankara qu’ils ont écrit ensemble), aux Etats-Unis, avec le rappeur M1, du groupe hip-hop militant Dead Prez, en Afrique du Sud où il retrouve le jeune artiste engagé Zuluboy, avec qui il collabore. Mais aussi dans de nombreux autres pays à la recherche de documents sonores notamment.

En écho à cette démarche, le réalisateur nous présente des extraits d’archives de ces grands personnages de l’histoire et des réflexions d’Awadi sur les messages qu’ils ont voulu transmettre.

Il reprend des extraits des discours de leaders noirs, tels que Thomas Sankara, Nelson Mandela, Martin Luther King, Kwame Nkrumah, Patrice Lumumba, Cheikh Anta Diop, Malcom X et Frantz Fanon, qu’il met en musique. Didier Awadi parcourt alors lemonde à la recherche de documents.

Après avoir visité une quarantaine pays, Awadi est enfin de retour au Sénégal pour le lancement de son album. Il organise une conférence de presse qui réunit de grands intellectuels africains autour de l’idée de l’indépendance et de l’unité africaine. L’événement culmine par un concert devant des milliers de jeunes.

Soutenu par la trame sonore de Ghislain Poirier et la musique d’Awadi, le documentaire Les États-Unis d’Afrique nous plonge au coeur d’un continent méconnu, loin des clichés et du misérabilisme. Les images, vibrantes et la narration d’Awadi dévoilent l’autre visage de l’Afrique : celui d’une jeunesse active et remplie d’espoir pour l’avenir du continent. Le cinéaste Yanick Létourneau dresse le portrait d’un continent jeune et politisé – à mille lieues du cynisme occidental – qui refuse le rôle de victime dans lequel on veut le cantonner. À l’heure des révolutions tunisienne et égyptienne, l’avenir se profile… Et si l’Afrique, du Nord au Sud, portait la prochaine révolution du monde?


Le clip de présentation du film



Présentation de l’auteur

yanick_letourneau_compress.jpgAprès des études en communication à l’Université Concordia, Yanick Létourneau cofonde en 2000 Périphéria productions avec pour objectif de produire des oeuvres d’auteur. Il collabore en 2000 à la réalisation d’un premier court métrage, 514-50 Hip Hop. De 2001 à 2003, il tourne son premier long métrage, Chronique urbaine (2003), qui propose une incursion dans l’univers méconnu du hip-hop québécois. Il remporte pour ce film le prix Pierre et Yolande Perrault du meilleur espoir documentaire aux Rendez-vous du cinéma québécois 2004.

Il réalise avec Natasha Ivisic le documentaire Je porte le voile (2010), qui présente les réflexions de musulmanes sur le port du voile au Québec. Après plus de six ans de recherches, le cinéaste complète en 2011 son deuxième long métrage, Les États-Unis d’Afrique. Ce documentaire présente un exposé sur les luttes passées et présentes pour l’indépendance ainsi que pour l’unité africaine, au travers de l’engagement de Didier Awadi, pionnier du hip-hop africain et auteur du projet Présidents d’Afrique.

Outre ses propres films, Yanick Létourneau produit les documentaires Souvenirs d’Acapulco (2005), Midnight Ballads (2006), Territoires (2007) et MTL PUNK (2011) de même que les courts métrages de fiction Things Never Said in Playa Perdida (2001), Les adieux (2005), Three Mothers (2008), La belle au verre de lait (2009), Useless Things (2009) et Le gardien d’hiver (2010). Il termine en 2011 la production du documentaire La salle d’attente et
d’un premier long métrage de fiction, Categorical Imperative.

Yanick Létourneau a été coproducteur des éditions montréalaises
de RESFEST, un festival itinérant international présentant une sélection des meilleurs courts métrages et vidéoclips indépendants dans plus de 35 villes du monde.

Il est actuellement coprésident de DOC Québec, en plus de siéger aux conseils d’administration du festival Hot Docs, des Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) et de l’Observatoire du documentaire.


Fiche technique

Documentaire couleur 75mn

Réalisation Yanick Létourneau

Avec Didier Awadi, Smockey (Burkina Faso), M1 du groupe Dead Prez (États-Unis) et ZuluBoy (Afrique du Sud).

Scénarisation Yanick Létourneau, Sébastien Tétrault, Hany Ouichou

Narration Didier Awadi

Direction de la photographie Geoffroy Beauchemin, Alexandre Margineanu

Prise de son René Portillo

Montage Image Sophie Farkas Bolla

Conception sonore Marie-Claude Gagné

Musique originale Ghislain Poirier

Producteurs associés John Christou, Hany Ouichou, Neil Brandt
Producteurs Yanick Létourneau (Périphéria Productions),
Colette Loumède (ONF)

Produit par Périphéria Productions En coproduction avec l’Office national du film du Canada

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp!
SVP saisissez votre nom ici

trois × cinq =