17 novembre à Limoges

Projection du film Capitaine Thomas Sankara

Une projection du film Capitaine Thomas Sankara de Christophe Cupelin a été organisée le 17 novembre à Limoges, par l’association Mémoires à vif. Prés d’une centaine de personnes se sont déplacées alors que les autres salles du cinéma (un multiplexe de 3 salles) étaient presque vides.
Un débat passionné a suivi, l’assistance posant de nombreuses questions sur de nombreux aspects de la Révolution et la vie de Thomas Sankara. Bruno Jaffré qui animait le débat s’est longuement étendu sur ce que l’on sait de l’assassinat de Thomas Sankara mais aussi sur les derniers développements de l’affaire Sankara, en particulier, le refus d’une enquête parlementaire par Claude Bartolone et la commission rogatoire demandant le levée du secret défense par le juge burkinabè.
Une trentaine de personnes ont signé la pétition du réseau international « Justice pour Sanakra justice pour l’Afrique » soutenant la demande d’ouverture d’une enquête parlementaire.


15 novembre. Le réseau ‘ »Justice pour Sankara justice pour l’Afrique » diffuse un communiqué de presse à la suite de la demande du juge burkinabè adressée à la France de lever le secret défense.

jpg/banderole_sankara_compress.jpg

Le réseau international « Justice pour Sankara justice pour l’Afrique » diffuse un communiqué de presse à la suite à la commission rogatoire lancée par le juge burkinabé François Yaméogo chargé de l’enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara pour demander la levée du secret défense en France.dans lequel on peut lire notamment:

 » Nous appelons donc tous les organisations françaises et étrangères, organisation des droits de l’homme, partis politiques, associations de la société civile, soucieuses de justice, à faire pression sur le gouvernement français pour que soit satisfaite la demande du juge burkinabè.

Nous demandons aux députés de l’Assemblée nationale, d’interpeller de nouveau le président de l’Assemblée nationale pour qu’il reconsidère sa position et accepte la demande d’enquête parlementaire sur l’assassinat de Thomas Sankara, comme l’ont déjà demandé plus de 5500 personnes*. »

Ce communiqué est largement diffusé dans les médias africains, mais il semble qu’en France aucun média n’en rende compte.


11 novembre à Toulouse

sankara_mitterrandSurvie et la compagnie de l’AGIT ont proposé une soirée autour de la pièce « Sankara Mitterrand », sous chapiteau sur la place St Pierre à Toulouse
La représentation a été précédée à 19H00 d’un apéro-rencontre qui a rassemblé une quarantaine de personnes, animé par l’association SURVIE autour de la figure de Sankara dans les mouvements sociaux actuels au Burkina Faso.

Environ 25 signatures ont été récoltées à la pétition demandant d’ouverture d’une enquête parlementaire en France sur l’assassinat de Thomas Sankara


15 octobre à Bruxelles (Belgique)

Bruxelles 15 octobre 2016Près de 160 personnes ont assisté à une projection du film Capitaine Thomas Sankara organisée par le CADTM (Comité pour l’annulation des dettes illégitimes) et le cinéma Nova, le jour de la commémoration de l’anniversaire de Thomas Sankara.

Bruno Jaffré a répondu à de nombreuses questions et expliqué en détail le déroulement de l’assassinat de Thomas Sankara, en particulier les implications de la Franc, des Etats Unis, de la Côte d’Ivoire, de la Libye et des libériens rassemblés par Charles Taylor. Environ 70 signatures ont pu êtres rassemblées au bas de la pétition « Justice pour Sankara justice pour l’Afrique ».

xMickael Doulson est intervenu au nom du CADTM à propos de la dette du Burkina Faso. Présent lors de l’insurrection il a témoigné de la mobilisation de la jeunesse.


13 octobre 2016 à Liège  (Belgique)

dsc06503Près de 180 personnes ont assisté à une projection du film « Capitaine Thomas Sankara » de Christophe Cupelin à Liège. La soirée était organisée par le CADTM (Comité pour l’annulation des dettes illégitimes) et les Grignoux en collaboration avec Autre Terre et Coopération par l’Éducation et la Culture (CEC ONG).

A l’issue de la projection, de nombreuses questions ont été posées. Rémi Vilain du CADTM a expliqué le rôle précurseur de Thomas Sankara dans la lutte pour dénoncer les dettes illégitimes. Bruno Jaffré du réseau international « Justice pour Sankara justice pour l’Afrique » a longuement expliqué ce que l’on savait sur l’assassinat de Thomas Sankara et les implications étrangères. Environ 80 personnes ont signé la pétition demandant l’ouverture d’une enquête parlementaire en France. Une enquête officiellement refusée pour l’instant par le président de l’Assemblée nationale, M. Claude Bartolone.


4 octobre 2016 à Evry (91 France)

Evry 4 octobre 2016Une trentaine de personnes ont participé à une soirée organisée par l’association Préfigurations sur le thème de l’utopie sociale. Des extraits de film de Yannis Youlountas, philosophe, poète, écrivain et réalisateur franco-grec, activiste  en lien avec les mouvement sociaux ont été projetés ainsi que le film « Capitaine Thomas Sankara » de de Christophe Cupelin.

Le débat s’est engagé lien sur les liens entre les mouvements sociaux et l’autoorganisation des populations en Europe du Sud en Grèce et en Espagne résistant aux diktats de la finance et l’expérience révolutionnaire burkinabé dirigée par Thomas Sankara.

Bruno Jaffré du réseau international « justice pour Sankara justice pour l’Afrique » a pu informer de la compagne pour la justice et présenté la pétition demandant l’ouverture d’une enquête parlementaire en France. Une vingtaine de signatures ont pu être récoltées.


2 octobre 2016 à Ouagadougou

marche

Dans le cadre du lancement du mémorial Thomas Sankara à Ouagadougou, plusieurs milliers de jeunes, venant de différentes régions du Burkina et de pays de la région, des représentants des partis politiques, des invités étrangers ont défilé pour demander « Justice pour Thomas Sankara ».

Les initiateurs du projet de mémorial ont réaffirmé leur volonté de mener en parallèle le projet de mémorial en collaboration avec le gouvernement tout en continuant à exiger que justice soit rendue.


15 septembre 2016 à Ouagadougou

coalition-ditanyeSept organisations de la société civile, le balai citoyen, Cadre 2h pour nous, 2h pour l’Afrique, de la Ligue des panafricanistes, les générations Joseph Ki-Zerbo et Cheick Anta Diop, le Mouvement des Sans voix et le Repère ont annoncé formé une coalition intitulée le Ditanyé estimant qu’il était temps d’agir « dans l’unité d’action  pour la préservation et le renforcement  des acquis de l’insurrection contre la trahison du peuple est arrivé ».

Dans leur déclaration liminaire présenté à la presse, la coalition demande notamment  : « Une vraie instruction des dossiers judiciaires et leur jugement ainsi que le jugement des magistrats qui se sont rendus coupables de tripatouillages des dossiers judiciaires ; – Le jugement des crimes économiques ; – L’extradition de Blaise Compaoré afin qu’il réponde de ses actes concernant l’insurrection populaire et le dossier Thomas SANKARA dans lequel il est inculpé ; »


22 juin 2016 à Paris

Projection à Paris d'"Une révolution africaine" de Boubakar Sankara et Gédeon Vink" à Paris le 22 juin 2016 (photo Hervé Medec)
Projection à Paris d' »Une révolution africaine » de Boubakar Sankara et Gédeon Vink » à Paris le 22 juin 2016 (photo Hervé Medec)

L’association Belleville en vue a organisé une projection du film UNE RÉVOLUTION AFRICAINE, LES DIX JOURS QUI ONT FAIT CHUTER BLAISE COMPAORÉ de Boubacar Sangaré, Gidéon Vink dans le cadre de ses activités en collaboration avec l’espace Culturel Emmaüs Louvel-Tessier (Paris 10ème).

La salle qui contenait environ 60 places était comble. Un débat a suivi avec la participation de Foum Moboh, Chanteur de reggae et conteur Burkinabè, Bruno Jaffré et Larissa Kaboré du Balai citoyen.

Une information a été donnée sur la campagne « Justice pour Sankara justice pour l’Afrique », en particulier la demande d’enquête parlementaire en France. Une trentaine de signatures à la pétition on pu être recueillies.


11 mai 2016 à Arudy (France Pyrénées Atlantiques)

Le 11 13226839_1137810379614702_626672505302957094_nmai à Arudy dans les Pyrénées Atlantique, Le cinéma Saint Michel avait programmé le film « Capitaine Thomas Sankara » de Christophe Cupelin. Près de 70 personnes étaient présentes.
A l’issue de la projection, lors du débat animé par Bruno Jaffré du réseau international « Justice pour Sankara justice pour l’Afrique » a répondu à de nombreuses questions posé par public visiblement très intéressé, sur la révolution burkinabé, les projet du Capitaine Thomas Sankara et la situation politique actuelle.
Il a pu aussi livrer une information complète sur l’assassinat de Thomas Sankara, les avancées de l’enquête, le refus de Bartolone , le président de l’Assemblée nationale d’accepter une enquête parlementaire.
La pétition demandant l’ouverture de l’enquête parlementaire a recueilli une cinquantaine de signatures.


3 mai 2016 à Ouagadougou (Burkina)

fouel compress moi et Serge compress

Le 3 mai, à Ouagadougou, le cadre Deux heures pour nous deux heures pour l’Afrique avait pour thème  » la levée des mandats d’arrêt et l’indépendance de la justice au Burkina Faso ».
Bruno Jaffré, du réseau international « Justice pour Sankara justice pour l’Afrique », introduit par Serge Bayala, a été invité à faire le point sur le dossier Thomas Sankara. Il a longuement développé le contexte international de l’époque, la préparation de la guerre au Libéria, le présence de libériens à Ouagadougou à qui Blaise Compaoré a demandé de l’aiderà se débarrasser de Thomas Sankara, e soutien de la Côte d’Ivoire, de la Libye de Khadafi, de la France et de la CIA.
Il a ensuite rappelé la campagne en France pour demander l’ouverture d’une enquête parlementaire. (voir la pétition à signer à https://www.change.org/p/public-et-d%C3%A9cideurs-parlement…)


Samedi 5 mars 2016 à Sienne (Italie)

Près d’une centaine de personnes étaient présentes de l’après-midi jusqu’à tard dans la nuit à l’événement organisé par l’Association « Serpe Regolo » au Circolo ARCI di Sant’Andrea en Toscane.

img-20160313-wa0006_compress-cac9e

Après la projection du film « PIEDS NUS » sur le soulèvement populaire au Burkina Faso d’octobre 2014, présentée par l’auteur Christian Carmosino, le musicien Gabin DABIRE’ est revenu dans le débat sur la révolution d’Août, et la pensée du Président Thomas Sankara.

Le temoignage du jeune burkinabè Ousmane Ouedraogo est revenu sur la situation actuelle au Burkina Faso.

Patrizia Donadello, du réseau international « Justice pour Sankara, justice pour l’Afrique« , a présenté la pétition pour l’ouverture d’une enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara. 30 signatures ont été recueillies.

Une lecture des discours de Thomas Sankara faite par six filles d’une troupe de théâtre amateur et une jam session au rythme de percussions africaines des jeunes réfugiés ont conclu la soirée.


Bressuire (79 France) le 7 avril

Belle soirée de projection du film « Capitaine Thomas Sankara » organise par SURVIE Bressuire et l’association Burkina Azza http://burkinaazza.wix.com/burkinaazza qui promeut le groupe musical du même non. La salle était pleine pres de 80 personnes, mais nous avons oublié de prendre des photos (on se rattrape comme on peut avec les photos ci-dessous…). Environ 70 signatures récoltées en bas de la pétition qui demande l’ouverture d’une enquête parlementaire sur l’assassinat de Thomas Sankara en France.

dsc04290_compress-d1137

Le représentant de SURVIE et intervenu pour informer de l’attitude complice de la France dans le processus électoral au Congo, au Tchad, au Gabon et à Djibouti
Débats riches à la suite de nombreuses questions des spectateurs : quelle rôle la France a-t-elle joué dans l’assassinat, bilan des années Sankara pourquoi les sankaristes ont-ils fait un si petit score (2,77%), l’Afrique-est-elle prête pour la démocratie, la rôle de Compaoré dans l’assassinat, quelles ont été les erreurs de la révolution?


18 mars 2016 à Bayonne

Projection du films « Capitaine Thomas Sankara » à Bayonne le 18 mars au soir au cinéma l’Atalante. 180 personnes étaient présentes, le cinéma était complet. Mariam Sankara, invitée avait du annuler pour des problèmes de santé, mais avait pris le temps d’enregistrer une video. Le débat fut animé par Bruno Jaffré qui a pu longuement exposé les circonstances de l’assassinat de Thomas et présenté la campagne « Justice pour Sankara justice pour l’Afrique.

Bayonne 16 mars 2016, vant la projection de Capitaine Sankara
Bayonne 16 mars 2016, avant la projection de Capitaine Sankara

Environ 90 personnes ont signé la pétition soutenant la demande d’ouverture d’une enquête parlementaire en France sur l’assassinat de Thomas Sankara. Bayonne ville fière de sa culture, engagée pour la cause basque, à la population militante, mais aussi internationaliste. Sankara n’y est pas inconnu puisqu’il existe un bar Sankara.


15 février 2016 à Bédarieux

6_debat_compress-3f096

Plus de 70 personnes ont répondu à l’invitation du Ciné Club de Bédarieux, un bourg à environ 100 Km au Nord Ouest de Montpellier.
A l’initiative de Christine Janin, animatrice-coordonnatrice du Ciné Club, avec la participation du Comité Thomas Sankara Montpellier (CTSM) et en présence du Réalisateur Christophe Cupelin, le débat autour du film-documentaire « Capitaine Thomas Sankara » a été très instructif sur la personnalité du leader de la Révolution burkinabè et sur la vie politique au Burkina Faso et en Afrique.
Comme le dira C. Cupelin: « Ce film est ma contribution dans la diffusion du message du Président Thomas Sankara, mon soutien dans le combat judiciaire suite à son assassinat ».
Un appel qui sera largement entendu par le public. Une soixantaine de personnes ont signé la pétition « Pour l’ouverture d’une enquête parlementaire, en France, sur les conditions de son assassinat et de ses compagnons ».

Gabriel Biba Nkouka Comité Sankara de Montpellier


12 février 2016 à Saint Julien en Genevois

Près de 60 personnes ont assisté à la projection du film « Capitaine Thomas Sankara » de Christophe Cupelin au cinéma Rouge et Noir de Saint Julien en Genevois en collaboration avec l’association SURVIE;
Un échange a suivi avec Bruno Jaffré qui a répondre à de nombreuses questions posées par le film.
Il a pu longuement exposé les raisons de l’assassinat de Thomas Sankara. Il a rappelé l’action de la campagne « Justice pour Sanakra, justice pour l’Afrique » ebn vue d’obtenir l’ouverture d’une enquête parlementaire.
Plus de trente personnes ont signé la pétition demandant l’ouverture en France d’une enquête parlementaire.


Mardi 12 janvier 2016 à Toulouse

Une cinquantaine de personnes étaient présentes à la librairie Terra Nova. La présentation a été effectuée par Antoine Souef pendant environ 30 minutes. Après une présentation de l’association Survie, Antoine est revenu sur la période révolutionnaire et les grandes lignes du gouvernement sankariste de 1983 à 1987. Puis le coup d’état et l’assassinat de Sankara et de ses compagnons a été abordée, avant de passer aux événements des dernières années : la chute de Blaise Compaoré, l’année de transition, les dernières élections et la victoire de Roch Marc Kabore. L’influence de l’héritage de Thomas Sankara sur les événements récents a été pointée, notamment à travers le balais citoyen qui a désigné l’ancien président comme « premier cibal».
Les échanges ont porté sur les hypothèses autour de l’assassinat de Sankara et notamment les implications internationales et françaises.

Toulouse 12 Janvier au cinéma Utopie. Débat à l’issue de la projection
Toulouse 12 Janvier au cinéma Utopie. Débat à l’issue de la projection

20h15 : au cinéma Utopia Toulouse projection unique du film de Christophe Cupelin précédée d’une version raccourcie de la pièce SANKARA MITTERRAND
La salle de l’utopia de 240 places était comble, ce qui témoigne un fort intérêt des toulousain-e-s pour ce suget !
Le débat suite au film a été animé par Antoine Souef, Mathieu Lopes de l’association Survie, ainsi que Eric Zongo, membre toulousain du balais citoyen.
Les échanges ont porté sur la dimension féministe de la politique sankariste, sur les erreurs de la révolution, évoquées dans le film mais peu développées.
D’autres échanges, plus généraux ont porté sur la politique de la sou-région, les avancées démocratiques, et les positionnements de l’association Survie.
Après une heure de débats, beaucoup de gens avaient quité la salle, et la soirée s’est terminée par de derniers échanges informels autour de la table de presse.
Une soixantaine de signatures ont été récoltées pour la pétition « Justice pour Sankara, justice pour l’Afrique »

Patrice Garesio SURVIE Toulouse

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

huit − cinq =