Contacts : Malastrada film via Ugo Foscolo 11 Paternò 95047 Italia

E-mail : recherche at cinemautonome.org] Téléphone : +39 0956244017

Fax : +39 1786024485
Information : malastrada film alessandro at malastradafilm.com
giuseppe at malastradafilm.com Tel. + 393287961596

Présentation du film

Résumé

Je m’éloigne de la terre, des lieux connus, des formes. Une voix me suit, peut être est-ce la mienne, peut être est-ce celle d’un pays. J’arrive au Burkina Faso, je vogue à travers ses villes, j’essaye de me détacher des choses, des gens, d’arréter mes sens, pour voir.

Mais la rigidité des différences culturelles et de ses corruptions, la méconnaissance des lieux m’emprisonne dans un état mental qui me conduit à la maladie, à l’hallucination.

Lentement je me désintoxique et accompagne Dario, un compagnon de parcours, dans un village du sud.

Je commence à ouvrir les yeux et à me rendre compte de ce qui est caché dans la profondeur.

Synopsis

Même père même mère est une fresque subjective d’un état africain, c’est une recherche de l’être qui passe au travers de la conjonction d’un mouvement cinéma à un mouvement voyage et vice et versa. L’élan est pulsion.

Rien n’est construit au moment de la prise de vue, tout est montré comme un flux continu d’images, de signes de paroles éparses.

La construction du montage n’est pas un processus de reconnaissance et d’organisation du matériel. L’image est décomposée à partir du sentir qui ne veux jamais tendre a de l’esthétisme, mais qui nait comme seule transposition de l’instinct. Les auteurs du film se retrouvent dans une seule figure, celle d’un voyageur, la voix de Thomas Sankara est réinventée, réécrite, réinterprétée à partir du doute d’un homme, d’un pays ou de l’histoire même. (Source http://www.polygone-etoile.com)

Fiche artistique :

Scénario / Screenplay : Alessandro Gagliardo, Julie Ramaïoli, Giuseppe Spina
Image / Photography : Alessandro Gagliardo, Julie Ramaïoli, Giuseppe Spina
Montage / Editing : Alessandro Gagliardo, Julie Ramaïoli, Giuseppe Spina
Musique / Music :
Son / Sound : Alessandro Gagliardo, Julie Ramaïoli, Giuseppe Spina
Interprétation / Cast :

Fiche technique :

Année de tournage / Year of production : 2007
Année de diffusion /Year of : 2008
Durée / Running time : 80 min
Producteur / Producer : malastrada.film, SACRE, PdB, ArcoirisTv
Format de tournage / Screenplay :16 mm, miniDV
Format de post-production / Screen ratio : 4 :3
Format de masterisation / Mastering format : BetaSP, mini DV, DVD
Langue originale / Original language : Français, More, Italien

Les auteurs :

On trouvera :
– la présentation de Julie Ramaïoli à http://www.polygone-etoile.com.
– La présentation de Alessandro Gagliardo http://www.cinemaitaliano.info

Commentaires :

Il s’agit en réalité d’un film expérimental, centré autour des 3 auteurs à la rencontre du Burkina Faso. Cette rencontre et le voyage sont autant de prétexte à expérimenter l’ensemble des possibilités offertes par la technique permettant de jouer avec les images et les sons. Il a pu être réalisé grâce à la participation financière d’environ 700 personnes.

La forme du film rompt avec le cinéma commercial qui nous envahit. Tous ceux qui s’attendent à un documentaire sur le Burkina Faso et Thomas Sankara seront déçus, même si il en est question. Voilà comment les auteurs ont présenté leur projet :  » Même père même mère” dans ce mouvement, ne sera pas un documentaire mais un film de voyage. Nous chercherons avec les yeux du voyageur, les symboles d’un peuple, les lieux, les temps de son histoire, et dans l’oppression des pratiques économiques mondiales, les possibles, les actuelles formes d’arts, la vie et les tentatives de constructions au bord d’un désert. Ceci au travers de nos imaginaires, de nos sensibilités. »

A moins d’aimer ce genre d’exercice on se trouve un peu perdu au milieu d’une longue suite d’images, quelques unes de la vie courante dans une cour, mais surtout travaillées de façon expérimentales. On y surprend cependant au milieu du film une longue conversation autour de Sankara et la révolution sans pour autant en voir les protagonistes.

Pourtant ce film s’inscrit bien dans ce timide mouvement artistique, dont témoigne notre site dans la rubrique créations artistiques, qui s’inspire de façon très différenciée de Thomas Sankara, de la révolution et du Burkina Faso.

Bruno Jaffré

Vous trouverez deux liens vers des articles de critiques qui ont aimé le film
– En rêvant OuagaTek , Malastrada et Thomas Sankara par Roberto Silvestri il manifesto – 3 mai 2008 à http://www.malastradafilm.com.
– Même Père Même Mère par Agathe Philippe (une note sensible) http://www.malastradafilm.com

Le film est apprécié dans le milieu du cinéma artistique expérimental. Il il a été sélectionné par différents festivals où il est parfois primé : Meilleur film de la section investigation au Levante film festival 2008 à Bari et Best Feature Film Award au sixth and the last experimental international film festival 2008 de Sidney (Australie)

On trouvera ci-dessous un extrait du film



 

Source: http://www.youtube.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp!
SVP saisissez votre nom ici

deux × quatre =