Ndo kela ou L’initiation avortée

Koulsy Lamko

72 pages, publié aux Editions Lansman en 1993

ISBN 2-87282-064-7

La pièce a reçu le deuxième prix lors du 16 e Concours Théâtral Inter-africain organisé par RFI en 1989.

 

Présentation

4 ème de couverture du livre

Bagoua, grand village des collines damnées du Guéra, carrefour de toutes les calamités pour un peuple exploité sans merci. Dans un sursaut ultime, quatre jeunes confisquent la direction de la tribu aux aînés et osent  réinventer l’avenir en exigeant de chaque habitant travail, solidarité, intégrité et respect des autres.

Tiendront-ils l’impossible pari au milieu des scorpions qui grouillent au plus profond de ceux qui voient tout à coup leur quiétude perturbée ? Ne vont-ils pas trop loin ? Et trop vite ?

Victorieux ou non, Sankadi et ses amis auront en tous cas tracé dans le coeur de chacun l’incandescente esquisse d’une existence nouvelle.

 

Présentation tirée du site africultures http://www.africultures.com

Après l’assassinat du président Thomas Sankara en 1987, l’auteur tchadien, Koulsy Lamko, a souhaité lui rendre hommage en contant l’histoire du tout jeune et révolutionnaire président du Burkina Faso sous forme de parabole villageoise. Il échappait ainsi au drame documentaire pour inscrire cette œuvre dans une universalité qui nous parle encore aujourd’hui.
Quelque part en Afrique, dans un village, un groupe de jeunes s’empare du pouvoir pour mettre fin à la tyrannie et à la mystification des anciens. Cette révolution qui change la vie du peuple et lui redonne espoir prend vite l’allure d’une compétition où se mêlent tractations, conflits et trahison. Au travers du style poétique de l’auteur transparaît l’idéal fort exprimé pour son peuple.
Voir http://www.africultures.com

 

Présentation tirée http://perso.wanadoo.fr à l’occasion des rencontres « théatre en caraïbes » du 25 avril au 6 mai 2006 où a été jouée la pièce.

Quelque part en Afrique, dans un village qui s’appelle Bagoua, un groupe de jeunes s’empare du pouvoir pour mettre fin à la tyrannie et à la mystification des anciens. Cette révolution qui change la vie du peuple et lui redonne espoir prend vite l’allure d’une compétition où se mêlent tractations, conflits et trahison…

 

Biographie de l’auteur

Koulsy Lamko.

Né à Dadouar (Tchad) ; il quitte ce pays en 1983 pour poursuivre ses études interrompues  en raison de la guerre. Il s’installe au Burkina Faso où il fait la découverte de la Révolution Démocratique et Populaire, poursuit des études de Lettres et Arts du spectacle, participe comme comédien à la naissance du théâtre populaire dont il sera l’un des fondateurs du Festival International du Théâtre pour le Développement. Fasciné  par Thomas Sankara dont il fait la connaissance, convaincu par les idéaux de la RDP, il milite activement dans les Comités de Défense de la Révolution. Après une maîtrise de Lettres et arts, il enseigne puis intègre l’Institut des Peuples Noirs (un institut créé à l’initiative de Thomas Sankara) comme agent cadre de conception. Puis il fonde en 1994 Kaléido Culture, une agence d’animation culturelle de projets à Ouagadougou.

Habitué du Festival International des Francophonies en Limousin et de la Maison des Auteurs, il a vécu à Limoges où il reprend des études de 3è cycle à l’Université. Plusieurs de ses pièces y ont été montées ou mises en espace, notamment Tout bas… si bas (Lansman, 1995). Il anime de nombreux ateliers d’écriture et des conférences.

En 1998, il participe à « Rwanda, écrire par devoir de mémoire ». Suite à ce séjour, il réside au Rwanda, jusqu’en 2002, où il fonde et dirige le Centre Universitaire des Arts, tout en enseignant la Littérature et les arts dramatiques à l’Université nationale du Rwanda à Butaré.

Il  publie en 2000, un roman sur le génocide : « La phalène des collines » et s’engage  activement dans la réalisation de Corps et voix, paroles rhizome, un spectacle monté à Butaré en 2000 dans le cadre d’un projet organisé par Fest’Africa. Par le Centre universitaire des Arts, il contribue à relancer l’activité artistique et culturelle en milieu estudiantin et au plan national, organise des ateliers Arts Azimuts où sont invités des professionnels africains et autres comme encadreurs, mobilise et oriente l’activité artistique dans le sens de la gestion et prévention des conflits et des initiatives de réconciliation au Rwanda.

En 2003,  il achève un doctorat en langues et littératures françaises à l’Université de Limoges (Emergence difficile d’un théâtre de la participation en Afrique francophone). Accueilli par le Parlement International des Ecrivains au Mexique, il y réside depuis lors et  enseigne la dramaturgie et l’histoire du théâtre à l’Université Autonome de l’Etat d’Hidalgo.

 

Auteurs de pièces de théâtre, poèmes, nouvelles, contes, scénarios, il est aussi entrepreneur culturel, metteur en scène et comédien. Ses nouvelles et pièces de théâtre ont été plusieurs fois primées ; beaucoup sont publiées. Ses pièces ont été jouées par des compagnies théâtrales en Afrique, en Europe et au Canada.

Il est aussi musicien. Il a sorti un CD en collaboration avec Stéphan Scott et Rémi Stengel en 1997 en hommage à Thomas Sankara intitulé Bir ki mbo (voir la présentation du disque à l’adresse 

 

Autres publications (voir à l’adresse http://www.lesfrancophonies.com)

 

Théatre

Théâtre vessies pour lanternes, recueil de pièces de théâtre de 1985 à 2000, Editions Kuljaama,  Mexico 2005, 509 pages

Nedjma du crépuscule, inédit, 2004


Corps et voix, paroles rhizome
, adaptation des textes de « Rwanda, écrire par devoir de mémoire », 2001, inédit ; création à Butaré en 2000, tournée France , Allemagne.

Le Petit lion couché, 1998, inédit. Création à Lomé par Eric Bergenneau, tournée France.

Celle des îles, 1998, inédit.

Le mot dans la rosée, in Brèves d’ailleurs, éd. Actes Sud-Papiers, 1997.

La tête sous l’aisselle, Ed. Ligue de l’enseignement et DGER, 1997.

...Comme des flèches, Ed. Lansman, 1996 (Création au Burkina Faso par Denis Lepage et Amadou Bourou, 1996, tournée en France et en Afrique). Création à Mexico par Koulsy Lamko, tournée 2005

A vendredi, 20 heures, 1996 (création au Tchad par Alougbine Dine et Ndo k’tel Théâtre).

Tout bas— si bas : Théatre (1995)

Éd. Promotion Théâtre (1995) Collection : Collection « Beaumarchais » 42 pages

(création en 1998 au 15e Festival international des Théâtres Francophones, mise en scène Paul Golub et le Théâtre du Volcan bleu ; création à Montréal par Martin Faucher et le Théâtre de la Licorne).

Le camp tend la sébile (1 janvier 1993)

Éd : Presses Universitaires de Limoges et Ligue des Droits de l’Homme, 1993 (réalisation radiophonique de Jacques Charraux pour RFI, 1988).

Collection : Presses Universitaires de Limoges – 41 pages

La Ziggourat de Babel, inédit, 1991.
Mon fils de mon frère, inédit, 1990.

 

Roman, nouvelles, récits, poèmes,  contes

La Phalène des collines (30 avril 2002)

Ed. Serpent à plumes (30 avril 2002)

Collection : Motifs 215 pages ISBN : 2842613341

 

Tous les voyants sont au rouge, in Dernières nouvelles du colonialisme, 2006

L’Europe, vues d’Afrique : Nouvelles (6 mai 2004) collectif

de Florent Couao-Zotti, Boubacar-Boris Diop, Koulsy Lamko, Fatou Diome…

Éd.  Le Cavalier Bleu (6 mai 2004)

Collection : Le Cavalier Bleu – 164 pages ISBN : 2846700818

 

Amargura Negra, recueil de poèmes,

Editeur, Kuljaama, Mexico 2005, 79 pages

 

Pages d’un « testimonio » sur l’établi, nouvelle, Revue Notre Librairie, n° 157, janvier-mars 2005.

Aurore (1 janvier 1999)

Éditeur : Le Bruit des Autres (1 janvier 1999)

Collection : Le Traversier ISBN : 290946850X

 

Festin d’assassin, poème, in L’Humeur du monde, Ed. Revue Noire, 1995.

Hiéroglyphes au feutre rouge, nouvelle, in Revue Noire, N° 13, 1994.

Un cadavre sur l’épaule, nouvelle, in La mendiante et 9 autres nouvelles, éd. La Muse, 1994.
Exils, théâtre, récits et poème, éd. Le Bruit des autres, 1994.

L’Arbre de vie, nouvelle, 1993

Regards dans une larme, nouvelle, in Kilomètre 30, Sépia, 1992.

La vie en rond, nouvelle, inédit, 1992

Sou, sou, sou, gré, gré, contes, F.O.L Haute-Vienne, 1995.

Le repos des masques, conte, photographies d’Alain Turpault, Edition Marval, 1995.

Portraits latents, conception et photos de Nabil Boutros, sélection de textes de Koffi Kwahulé, Dieudonné Niangouna, Marcel Zang et Koulsy Lamko, AFAA, 2006.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

trois × 2 =