Le spectacle

« Tourments Noirs » est un solo de Auguste Ouedraogo qui s’inspire des discours de Thomas Sankara pour poser la question de l’identité de l’Homme Noir dans un contexte mondialisé, ainsi que de l’épineuse question du développement de l’Afrique.

Rester soi-même ou tout renier pour intégrer l’inconnu ? Que faire pour redonner à l’Homme Noir sa place au sein des peuples de la planète ? Que faire pour permettre à l’Afrique de prendre le chemin du développement ? Voilà bien des questions qui fâchent, qui inquiètent… qui tourmentent !

Ce qui est sûr, nous dit Sankara, « …nous devons accepter de vivre africain. C’est la seule façon de vivre libre et de vivre digne. » C’est aussi la seule et unique façon d’évoluer vers un mieux-être des peuples africains, vers un développement durable du continent africain.

Dans ce solo, les discours et les paroles se mêlent volontiers à la musique pour soutenir une danse expressive, douce et violente à la fois. Le corps se fait ici le porte-voix de tout un continent en quête d’un meilleur lendemain. Il exprime ses incertitudes, ses espoirs, ses maux, ses richesses, son avenir, ses Tourments. Il traduit aussi les pensées d’un homme visionnaire qui avait tout vu.

On trouvera un dossier compllet sur ce spectacle à l’adresse

Note d’intention

Violence morale et physique de ce que je suis …… Noir … un mot et un être chargé par son sens et son histoire.

Aujourd’hui le vécu couvé de quelques années déjà de la dualité entre origine identitaire et évolution moderne face à un monde dit globalisé. Un vécu mêlé à celui de plusieurs générations noires rejaillit quotidiennement… et ça continue…
J’invite la raison de la parole, des discours, des contes et légendes de ces générations qui ont traversé et vécu ces siècles à conter ces Légendes Noires pour qu’elles fassent écho avec le présent, le futur ….

Tout simplement la recherche d’apaisement de cet être, de ses tourments intérieurs qui sont comme une transe.

Auguste OUEDRAOGO

FICHE TECHNIQUE

Chorégraphie: Auguste OUEDRAOGO;

Assistant à la chorégraphie: Bienvenue BAZIE;

Création lumière: Mohamed BORO, Wend-Nonga SOUBEIGA;

Composition musicale: Adama KOUANDA.

Production: Compagnie Auguste-Bienvenue

Coproduction: Centre Chorégraphique National de Nantes, Centre de Développement, Chorégraphique La Termitière (C.D.C.) et Centre Culturel Français de Ouagadougou.

Biographie de Auguste Ouedraogo

Né à Ouagadougou au Burkina Faso.
Il intègre la troupe « le Bourgeon du Burkina » en 1993 jusqu’en 2000 sous la direction artistique, chorégraphique et musical de Kafando L Théodore, Salia Sanou et d’Amadou Kiénou, où il eu une formation en danse, théâtre, conte et musique. Il prend part avec le Bourgeon à plusieurs manifestations nationales et internationales comme le FESPACO, le SIAO, la SNC. Il effectue avec le Bourgeon une Tournée en avril et mai 1997 en France dans la région du Lot et en avril 2000 en Guyane Français.

Le Bourgeon fut primé 2ème à la première édition en 1997 des Grands Prix de la Création Chorégraphique du Burkina puis 1er lors de la seconde édition 1999.

Il participe entre 1996 et 2001 aux stages de formation proposés par le Centre Culturel Français Gorges Méliès de Ouagadougou avec les Chorégraphes : Christophe Cheleux, Nana Nilson, Jean-François Duroure, Robert Seyfried, Salia Sanou, Seydou Boro, Claude Brumachon et Benjamin Lamarche.

Il est invité à l’Atelier du Monde 01 dans le cadre du 21ème Festival Montpellier Danse avec les chorégraphes Laurence Levasseur et Benoît Lachambre. Il y présente un extrait son solo « Kuum » (Mort) pendant les show cases au Théâtre Vilar.
Il est de nouveau invité à l’Atelier du Monde 02(Atelier de Composition Chorégraphique) dans le cadre du 22ème Festival Montpellier Danse dirigé par les chorégraphes Susan Buirge et Bernadot Montet.

Dans la foulée il rejoint en août et septembre 2002 Claude Brumachon et Benjamin Lamarche au Centre Chorégraphique de Nantes pour le stage international de danse (Laboratoire de Création).

Il participe aux stages de formation du Festival Dialogue de corps à Ouagadougou de 2002, 2003 et 2005 dirigé par les chorégraphes Opiyo Okach, Xavier Lot, Salia Sanou, Seydou Boro, Gregory Makoma, Angelin Preljocaj.

En septembre avec ses complices Wilfried Souly et Olivier Tarpaga ils créent la Compagnie Tã. « Tiin souk ka » (Au milieu d’ici) première pièce chorégraphié par olivier Tarpaga dont il assiste avec Wilfried Souly.

En juin et septembre 2000 il participe au Défilé Chorégraphique « Kôyan Kôté » chorégraphié par Salia Sanou, Seydou Boro et Cyril Viallon réunissant danseur Burkinabé et Français.

En octobre 2002, il chorégraphie la deuxième pièce de la Cie Tã « Buudu » (Le songe du peuple) assisté de Bienvenue Bazié et Wilfried Souly.

En décembre 2002, il rejoint la Compagnie DIT de Robert Seyfried à Grenoble dans le cadre de sa création « Transpace ».

En novembre 2004 Auguste Ouédraogo et Hind Benali chorégraphient le Duo Sèg Sègbo.

En septembre 2005, il assiste Bienvenue Bazié dans la reprise chorégraphique de « Tiin souk ka ».En octobre 2006, il invité à La 2ème édition du laboratoire international

des pratiques au CNCDC Château Vallon pour la création du spectacle Toupie or not toupie par et pour vingt-trois danseurs et musiciens de tous les continents.

Présenter dans le cadre des francofffonies ! – le festival francophone en France.

En août et septembre 2007, il chorégraphie  » Traces  » assité de Bienvenue Bazié et en collaboration des Artistes plasticiens(Jacques Pibot,Liliane Maurin,Jean Chazy).

Source : http://www.africultures.com

Voir aussi http://www.myspace.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp!
SVP saisissez votre nom ici

3 × 1 =