Synopsis

La seule évocation de son nom suscite réactions et admiration, surtout au niveau de la frange jeune Qui ne l’a pas connu, et pas seulement au Burkina faso.il est revendiqué comme un model et bon nombre d’artistes ont contribué à le rendre encore plus célèbre à travers leurs compositions.il s’agit bien sûr de Thomas Sankara. dans ce film , de nombreux artistes parlent de cette figure emblématique.

DOCUMENTAIRE COULEUR 19 MN

Contact :

Association semfilms Burkina

Mail: [email protected] site Web: www.semfilms.bf

tel: 00226 70 25 85 08 adresse : 09 BP 1308 Ouagadougou 09 Burkina Faso

Contact réalisateur : [email protected]

Résumé :

Tourné au Burkina Faso entre octobre 2007 et mai 2009, « sankara dans mes rimes » est un film documentaire de 19 mn dans lequel, interviennent des artistes (notamment dans le milieu Hip hop) s’inspirant de Sankara dans leur composition musicale.

Ces artistes expliquent pourquoi ils chantent Sankara, qui est-il pour eux et qu’est ce que la jeunesse actuelle, qui ne l’a pas connu et qui l’admire devrait savoir de Sankara et garder comme image de lui.

Le film a une coloration hip hop car il vise beaucoup plus le milieu jeune considéré comme le fer de Lance des nations. Dans un Burkina Faso en particulier et d’une Afrique en général où on parle de vie chère et de crise alimentaire, Sankara avait averti son peuple et l’Afrique de produire et de consommer africain afin de rester libre et digne. Ses discours prononcés tout au long de sa vie restent d’actualité et nombreux sont ceux qui refusent qu’on les enterrent et se battent pour promouvoir une nation libre et digne comme Sankara l’avait préconisé.

Des images d’archives de sankara pendant la période révolutionnaire, des images de concert des artistes, la commémoration du 20 ème anniversaire de l’assassinat de sankara restent le menu principal de ce film. Il veut contribuer au débat sur le développement sur le modèle africain avec Sankara comme exemple de combat dont la jeunesse doit s’inspirer pour sortir du gouffre.

Les artistes apparaissant dans le film : Didier Awadi, Smockey, Samsk le Jah, Faso Kombat, Smarty(yeleen), Basic Soul, King Adé, Dhudn’j et Obscur Jaffar


Visionner le film : 1ère partie



Visionner le film : 2ème partie



Fiche technique :

Genre : documentaire

durée :19 mn

Langues parlées :français

Scénario et réalisation : Baoui jean camille Ziba

Montage :Theophile kiemdé et Gedeon vink

Mixage: Gedeon vink

Commentaire voix off: Kadi Bambara

Production : Baoui Ziba, Association SEMFILMS, alliance production

Ce film a été diffuse pour la première fois au Burkina Faso lors du festival ciné droit libre au mois de juin 2009 et beaucoup d’autres diffusions ont suivi sur le territoire national.

Présentation de l’auteur

Ziba Baoui Jean Camille est né le 28 juin 1980 à Ouagadougou. Après deux années d’étude de mathématiques, il se prend de passion pour le cinéma lorsque sa maman lui offre une caméra. Bien qu’ayant fait quelques stages de réalisation et de montage, il préfère se considérer comme autodidacte.
IL a été épaulé par Gédéon Vink, un des animateurs de l’association Semsfilm (voir à http://www.semfilms.org/ ) qui a déjà produit des films engagés mais qui réalisent aussi de nombreux clips pour les chanteurs au Burkina.
Il est actuellement métallurgiste dans une mine d’or au Burkina Faso et prépare un diplôme en ingénierie électronique par correspondance.
Il se dit influencé par certaines paroles de Sankara notamment « Avec peu de moyen et beaucoup de volonté on peut réussir il suffit de le vouloir » ou « Osons inventer l’avenir » ou encore « il faut tout faire pour rester soi même pour car c’est la seule façon de vivre dignement ».
Pour en savoir plus voir sa page http://www.myspace.com

Nos commentaires

Ce film amène de la fraicheur parmi la production déjà importante sur Thomas Sankara. Par ailleurs il se veut résolument actuel.

Il était temps en effet de rendre compte de Thomas Sankara comme phénomène musical. Tous les artistes interviewés sont plutôt des trentenaires approchant parfois la quarantaine et n’étaient qu’adolescents pendant la révolution. Mais tous disent s’inspirer de lui.

Le film se présente comme une succession de paroles d’artistes, parfois superposées avec leurs concerts contribuant ainsi à donner vie à ces paroles.
On note la réussite que constitue le taggage de certaines séquences, à l’image de l’affiche ci-dessus, contribuant à égayer un peu plus par des couleurs vives les images les propos de ces artistes. Contraste réussi avec des paroles parfois tristes de ces musiciens rendant compte de la perte que représente l’assassinat de Thomas Sankara mais appelant résolument à se saisir de ses leçons pour construire l’avenir.

Bruno Jaffré

1 COMMENTAIRE

  1. « Sankara dans mes rimes » un film de Baoui Jean Camille Ziba
    Merci pour tout ce qui participe à la collecte des idées de Sankara, tôt ou tard certains africains renteront dans la peau de ce personnage pour appliquer ses idées

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp!
SVP saisissez votre nom ici

5 × cinq =