Présentation de l’auteur Jahil

Jahill est discret sur son histoire personnelle, et avec raison s’en tient à son histoire musicale. C’est en tombant sur un morceau de Public Ennemy, en 89-90, qui commence à être attiré par la musique, autrement que comme consommateur.

En 1995, il a l’opportunité d’avoir un micro et de pouvoir s’en servir, dans une cave, il se rend que lui aussi devrait pouvoir arriver à faire quelque chose. Issue de la banlieue, c’est donc dans la proche couronne qu’il écume les soirées micro ouvert et les MJC depuis le milieu des années 90, Il se lance alors dans le rap, puis se met au reggae en parallèle. A une époque où, il est de bon ton, de se revendiquer « racaille » dans le milieu, il se sent pas très à l’aise lui qui préfère se revendiquer comme débrouillard.

Il lance son propre groupe avant de choisir le reggae avec, Illegals. Il poursuit en solo au sein du collectif ragga-hip hop Ultimate Fight Sound (2005)

Il se produit essentielle dans la scène undeground, ne bénéficiant du soutien d’aucun structure, en France bien sur, mais aussi en Angleterre, à Point à Pitre, à Jérusalem… et à Ouagadougou. Il découvre Thomas Sankara et surtout l’énorme impact qu’il continue à avoir sur les burkinabè. Il y rencontre des membres de la famille Sankara, mais aussi le musicien Sams’K Le Jah, chanteur de reggae, alors qu’il était encore animateur radio. Ce dernier a en depuis été licencié pour une parole trop libre et trop critique par rapport au pouvoir. ( Pour en savoir plus sur Sams’K Le Jah voir à l’adresse, une présentation de son album intitulé « Une bougie pour Thomas Sankara » et à l’adresse , une longue interview de Sams’K Le Jah). Les burkinabè qu’il rencontre l’incitent à faire un morceau sur Thomas Sankara. Il y pense de temps en temps. Et 6 ans après, il écrit ce morceau presque d’une traite en une heure.
Ce morceau fait partie du trio de ceux qui l’ont le plus marqué selon lui. Le premier s’appelait System D et correspondait son seulement à ce qu’il était mais aussi au public qui venait le voir. Le deuxième se penche sur la condition des prisonniers, à qui il rend hommage d’une certaine façon. Un morceau écrit après qu’il ait appris qu’un de ses mais avait été condamné pour 10 ans.

La morceau Sankara fait parti de son nouveau 6 titres intitulé Paname Yard, Yard était le surnom donné à la Jamaïque. « Le titre Paname Yard, c’est pour poser un reggae bien fait mais sans nier mon esprit de babtou banlieusard. » dit-il.

Désormais allié au studio Dubwise Factory de Don Dada et Serial P (Toure Kunda, Paco Séry, Horace Andy, Morgan Heritage, Luciano…) et au gratin des musiciens : Jason Wilson , Yovo M’Boueke, Guillaume « Stepper » Briard, Bost & Bim, le Homegrown Band, Courtney « Bubblaz » Edwards, il a eu cinq ans pour méditer la remarque d’un copain qui lui a fait remarquer que jusqu’ic son engagement était bien mais qu’il fallait aussi introduire dans ses morceaux son humour lui qui se marre tout le temps.

C’est ce genre d’opus, Paname Yard : la chronique d’un vécu sans artifices. Pas vraiment étonnant pour celui qui admire aussi bien Brassens, Nougaro ou Lavilliers que la vieille garde du ragga français, qu’il regarde dans le rétroviseur avec la nostalgie du futur héritier : « Puppa Leslie, Tonton David, même si leurs airs étaient repompés. C’est nos histoires qu’ils racontaient ! »


LE CLIP


Cadrage : Mr As & Gary Song

Montage : Mr As

Peinture : Ernesto Novo & Joyna Moon


Les paroles

INTRO

On peut pas l’oublier, On peut pas l’oublier, On peut pas l’oublier,

COUPLET 1

Sous son béret rouge et son habit vert,

et pourtant d’habitude je ne suis pas fan des militaires

il quitta le ministère une premiere fois

finit en taule la deuxieme fois

il rebaptisea sa terre, la terre des hommes intègres

lors du coup d’état le 4 aout 1983

REFRAIN

On n’oubliera pas Thomas Sankara, président du peuple, président
des pauvres, intègre jusqu’à la mort

On n’oubliera pas Thomas Sankara, président des pauvres, intègre jusqu’à la mort

COUPLET 2

Les autres roulent en rolls quand le peuple crève de faim, Sankara roulait dans une R5

et dans chaque village, chaque ville, chaque gamin pouvait apprendre à lire pour écrire son destin

il dit l’Afrique n’a pas de dette, plus moyen qu’Elle paye

et dit à Mitterrand quelle curieuse attitude, parler des droits de l’Homme, fréquenter l’Afrique du sud…

REFRAIN

COUPLET 3

Comme y’a toujours un méchant dans l’histoire, sur ce coup là le coup bas vient de son bras-droit

Blaise et la France ont mis fin à la fete, le 15 octobre 87

comment oublier cette date sinistre? lors d’une réunion avec ses ministres

on entendit des bruits de coups de feu, et Thomas dit  » ne bougez pas, c’est moi qu’ils veulent  »

ils ont tiré sans pitié aucune, jeté son corps dans la fosse commune

ho terre du Burkina, tu es rouge comme le haut de ton drapeau, tu es rouge, comme le sang de Thomas

tout comme le sang de Thomas Sankara, président des pauvres

non nous n’oublierons pas Thomas Sankara, président des pauvres, intègre jusqu’à la mort

Contact

Facebook : www.facebook.com

Twitter : original_jahill

contact : [email protected]


Interview de Jahill

Vous trouverez ci-dessous une interview de Jahill, réalisé par http://www.cercledesvolontaires.fr/ le 37 mars 2013. Jahill y parle longuement de sa découverte de Thomas Sankara, de l’importance qu’il a aujourd’hui 25 ans après son assassinat et de ce qu’il représente pour lui.


 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp!
SVP saisissez votre nom ici

quatre + dix-huit =