Interview de Basile Guissou (extraits) octobre 2005


Imprimer l'article Réagissez à cet articleUn message, un commentaire ?

Interview de Basile Guissou (octobre 2005)

 

Le témoignage que nous publions ci-dessous est tirée d’une longue interview qu’il a publiée dans le quotidien Sidwaya le lundi 3 octobre 2005 sous le titre « Je ne crois pas en la démocratie, mais en la révolution démocratique et populaire ».  L’interview est très longue et nous n’avons gardé que son témoignage sur la révolution. L’ensemble de l’interview est disponible à l’adresse http://www.lefaso.net/article.php3?id_article=9915.

Basile Guissou a été membre de l’ULCR dont il était un des dirigeants aux côtés de Valère Somé. Il a été ministre des Affaires étrangères pendant la révolution. Après le 15 octobre il a détenu plusieurs mois et torturé.

Il s’est ensuite rangé derrière le parti de Blaise Compaoré dont il a été un moment considéré comme l’idéologue. C’est ainsi que lors d’une wencontre organisé par le PCF en octobre 1997, c’est lui qui a introduit les débats au nom du parti de Blaise Compaoré le CDP. Dans l’interview qui suit il se range nettement au côté du pouvoir actuel.

 

 

 

Ci-dessous la chapeau de l’interview rédigé par la rédaction de Sidwaya/

Il y a vingt ans, Laetare Basile Guissou était le chef de la diplomatie burkinabè. Aujourd’hui, directeur général du Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST), M. Guissou n’a rien perdu de sa verve révolutionnaire. Sociologue de formation, Basile Guissou a soutenu une thèse d’Etat à l’Université d’Abidjan sur la constitution de l’Etat. Ses propos, sa conviction, ses idées, tout en lui « respire » la Révolution au point qu’on se demande comment se situe-t-il au Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), la formation politique où il milite. D’ailleurs lui même le dit : « Je ne crois pas en la démocratie mais en la Révolution démocratique et populaire ». Tout comme il assène sans sourciller : « Je suis derrière Blaise Compaoré parce que c’est lui mon camarade ». Reçu en invité de la rédaction des Editions Sidwaya, le 19 septembre dernier, l’homme s’est montré « atypique » dans ses réponses. Que ce soit sur le NEPAD, le CNR (Conseil national de la Révolution), le sankarisme, la recherche, l’aide internationale, le Pr Bado, le maire révoqué de Koudougou, Hermann Yaméogo, président de l’UNND etc., Basile Guissou n’a pas eu la langue de bois.

 

 

S. : Est-ce qu’un pays comme le Burkina Faso peut se passer de l’aide extérieure ?

B.G. : De 1983 au 13 mars 1991, le Burkina Faso n’a pas reçu un dollar d’aide extérieure en dehors des projets qui étaient en cours. Lorsqu’on a signé le Programme d’ajustement structurel (PAS) le 13 mars 1991, les bailleurs de fonds ont commencé à intervenir de nouveau dans notre pays. C’est pour vous dire que, par expérience, c’est faisable mais cela coûte cher.

Si on vous demandait de donner 10% de votre salaire pour réaliser divers programmes, vous auriez commencé à crier. Et cela est normal, humain, mais la liberté, l’indépendance ont un prix. Si vous êtes prêt à le payer, vous pouvez vous passer d’aide. Si vous prenez les statistiques, vous verrez que pendant la période en question, le Burkina a marqué les plus importants taux de croissance.

Mais malheureusement, on est dans un contexte où on ne peut pas évoluer en vase clos. Il faut tenir compte des autres. Pendant qu’on faisait des économies, d’autres gaspillaient à côté alors qu’on fait partie de la même zone monétaire. Vous faites pression sur vos salariés alors qu’à côté, on augmente les salaires. Notre compte est au Trésor français. Nous ne dépensons pas, ce qui n’est pas le cas des autres. En fin de compte, ce n’est pas évident qu’on en profite.

Mais je dis que c’est faisable, on peut absolument se passer de l’aide étrangère. C’est l’opinion qu’il faut conquérir et cela n’est pas une mince affaire. Je suis bien placé pour le dire. C’est ce que je pense et cela est une voie de développement. Je viens de réfléchir avec trois autres sociologues (un Malien, un Nigérien et un Béninois) sur le sujet : « Comment sortir de la pauvreté, est-ce une fatalité ? ». J’ai donné mes points de vue et je crois que cela est parfaitement faisable car j’ai vécu une expérience qui me permet de l’affirmer. Ce n’est pas théorique.

Je dis toujours qu’il faut accepter de se développer au ras du sol à partir de ce qu’on a et de ce qu’on peut. Nous ne sommes pas obligés de suivre le chemin que les autres ont pris. Nous pouvons décider que le banco bien fait est notre plus belle architecture. On fera des cités en banco amélioré et les touristes viendront d’ailleurs pour visiter. Quand on parle des cent fleurs de Mao Tsé-Toung, des médecins aux pieds nus, c’est cela et non autre chose.

Personne ne fera votre bonheur à votre place. Si notre bonheur est de se retrouver sous un karité, en culotte et en train d’attendre que le karité tombe pour le manger et savoir que le fruit contient des calories, que quelqu’un ne vienne pas nous dire qu’on vive autrement. Ce sont des choix où il faut gagner la bataille de l’opinion. Je n’invente rien. Si vous lisez Wolfenson, l’ancien président de la Banque mondiale, il a publié l’année dernière, un ouvrage où il dit que tous les pays qui ont pu faire un pas en avant sont ceux qui ont refusé d’appliquer le PAS. C’est un constat.

S. : Que préconisez-vous pour plus d’entraide entre les Etats africains ?

B.G. : Je pense qu’il est possible de faire ce que Kwamé N’Krumah a proposé depuis 1963, contrairement à ce qu’on nous convainc de l’extérieur de ne pas faire. En 1963, le président N’Krumah avait proposé à Addis Abeba de créer un gouvernement, une armée, une administration, une police et une mise en commun de toutes les ressources du continent.

Si vous lisez son livre, « L’Afrique doit s’unir », rien du discours qu’on tient aujourd’hui n’est neuf. Est-ce à dire qu’il a eu raison trop tôt ? Je dis non. Ce sont les autres qui étaient trop en retard. Sinon, depuis 1960 tout cela était faisable. Quand on dit attendez, je vais appeler Paris ou Londres pour voir la conduite à tenir, ce sera difficile d’être des responsables politiques autonomes. Je ne crois pas qu’on soit sorti de cette impasse.

N’Krumah a, dans son livre, donné l’exemple des Etats-Unis d’Amérique, de l’Union Soviétique qui ont débuté avec peu d’Etats pour être grands plus tard. A douze Etats, ils étaient plus forts que les autres pays pris individuellement. Chaque fois qu’il y avait des bisbilles, les pays qui n’étaient pas dans l’Union couraient pour demander des soutiens au bloc des douze. Comme l’a dit le président Wade sur une radio, tout le monde ne va pas démarrer au même moment et courir au même rythme. Les plus décidés se mettent ensemble et ils seront toujours plus forts que les quarante autres qui sont éclatés. Tout le monde le dit, l’union fait la force. Dix Etats africains réunis effectivement seront plus forts que les quarante-trois autres éclatés. Je pense que c’est une question de choix et de volonté politique.

Ce qui était faisable en 1963, l’est aujourd’hui. Mais avoir une élite qui fait ce choix et qui est prête à payer le prix serait difficilement trouvable. Le professeur Adotévi le disait dans un journal de la place « l’Afrique a mal dans la tête et c’est dans la tête qu’il faut la soigner ».

 

 

S. : Mais, est-ce que l’infrastructure actuelle permet de déterminer cette superstructure ?

B.G. : J’ai fait partie de la Commission nationale de la décentralisation et j’ai été dans la cellule stratégie et méthode. A l’époque on avait même proposé le village comme entité. En tant que sociologue, je pense que c’est cela la vérité scientifique de notre société. Qu’on le veuille ou pas, chacun est de son village. En partant du village, on a plus de chance d’asseoir une armature administrative qui tienne la route. Mais on continue avec l’esprit de l’administration coloniale en contournant la chefferie. On sait que si on passe par le village, on sera l’otage du chef. Où est le mal ?

S. : N’est-ce pas cela qui explique l’échec des CDR ?

B.G. : Les CDR étaient dans les villages, ce n’était pas l’administration où la chefferie mais des CDR. Ce n’était pas Ouagadougou qui allait vers le village mais c’est le village qui venait vers Ouagadougou.

S. : N’y a-t-il pas un hiatus au plan culturel car il y a des gens qui partaient nuitamment faire allégeance au chef ?

B.G. : Cela fait partie de la dynamique. La Révolution, selon moi, a donné du nerf à la chefferie. Contrairement à ce qu’on dit, on n’a jamais pris un décret supprimant les chefs coutumiers, bien que des présidents l’aient fait. Maurice Yaméogo a destitué le chef de Tenkodogo qu’il n’a pas nommé. La Révolution n’a pas fait des aberrations de cette nature. On a voulu les contourner certes. Le chef du village met son fils comme délégué CDR et c’est ainsi qu’il contrôle les CDR. Les réunions se tiennent alors chez lui. Cela prouve que la chefferie traditionnelle a montré plus d’intelligence, de connaissance du terrain et de capacité à s’adapter.

Pendant et après la Révolution, la chefferie s’est toujours retrouvée dans la sphère de décisions. La preuve en est qu’à l’Assemblée nationale, il y a des chefs coutumiers. Cela a d’ailleurs été le sujet de ma thèse d’Etat. J’ai travaillé sur la construction de l’Etat post-colonial au Burkina Faso. J’ai montré que quelque soit la construction institutionnelle, avant pendant et après la colonisation, la chefferie est incontournable. Mieux vaut prendre son courage à deux mains et regarder la situation en face pour dire que les vraies structures politiques et administratives de nos sociétés sont dans nos villages. Allons les retrouver, faisons avec pour qu’on puisse construire quelque chose qui tienne la route.

Nous avons une belle constitution mais si on va aux abords du marché et on demande à 100 personnes ce que dit l’article 37 de la Constitution du Burkina, ils ne le sauront pas. Seuls quelques- uns de ceux qui sont allés à l’école et qui suivent la question peuvent en dire quelque chose. Mais c’est loin de refléter l’opinion de la large majorité des Burkinabè.

Quand je lis parfois dans la presse, les déclarations du genre « le peuple veut ceci ou cela », ça me fait rire. Je sais qu’il n’y a pas 5% de notre population qui a le niveau BEPC, capable de maîtriser la langue française. Si Sidwaya ne tire pas à 10 000 exemplaires alors que Labari qui est un journal d’une ONG de l’Est tire à 15 000 exemplaires, il faut y réfléchir. Ce journal est en langue nationale gulmachéma.

Deux enseignants de l’université de Ouagadougou ont fait une enquête en essayant d’évaluer les Burkinabè qui maîtrisent la langue française de niveau BEPC et plus. C’est 01,09% soit 113 335 personnes. Quand on fait de la science politique, on sait que nos systèmes ne tiennent pas la route. C’est un système qui fonctionne en vase clos.

Quel moyen un paysan d’un village a, après avoir voté, de réfléchir sur un plan local ? Il ne s’exprime pas en français alors que dans les maternités et dispensaires, à la justice et dans l’administration publique, c’est cette langue qui est utilisée. C’est la barrière numéro 1. On n’en fait pas un problème car quel parti politique en parle ? Aucun. A cause de notre français de France, on est parmi les privilégiés.

S. : Est-ce cela qui explique les crises identitaires et la xénophobie que connaissent nos Etats, particulièrement la Côte d’Ivoire ?

B.G. : On dit la même chose de l’immigration en France. Les Sarakolé vont égorger leurs moutons dans les baignoires des appartements et c’est cela qui fait qu’on ne les aime pas. Cela n’est pas vrai. Je pense que c’est une situation de crise dans laquelle la réaction comme en 1936 en Allemagne était de dire que « ces chiens de Juifs mangent notre pain à notre place et qu’il faut les éliminer ». Dans toutes les sociétés, c’est comme cela.

J’ai fait sept ans à Paris comme étudiant et je vous assure que je n’ai pas vécu de scènes de racisme en tant que telle. Mais aujourd’hui quand je fais trois jours, je les vois manifester à côté des masses. La xénophobie en Côte d’Ivoire n’est pas due à une situation d’exception. Aux Etats-Unis, on a un melting pot mais cela n’est pas une entrave. C’est simplement parce que c’est une société ouverte qui a su trouver la soupape de sécurité, des espaces, de telles sortes que les équilibres se font, chacun gardant son identité. Vous allez à New-York et vous verrez Chinatown ou little Italy. Quand vous y êtes, vous vous croyez en Chine ou en Italie. Ce n’est que les Italiens, le capuchino,... c’est la capacité de chaque société à créer des espaces pour que les identités s’expriment sans forcément créer chez les autochtones des sentiments de frustration.

S. : Comment expliquez-vous alors la crise en Côte d’Ivoire ?

B.G. : Je vous donne des chiffres. La Côte d’Ivoire de 1970 à 1980 a emmagasiné 1 000 milliards hors budget par an à cause de la hausse du café-cacao. Les Ivoiriens avaient prévu dans le budget le kilo du café à 500 F CFA alors que sur le terrain c’est 1 500 à 1 700 F CFA le kilo. L’excédent n’était pas prévu dans le budget. C’est ce qu’on a appelé le miracle ivoirien mais mon ami Samir Amin a dit que c’était un mirage. Ce mirage est fini. Vous imaginez ce que cela peut créer comme dysfonctionnement dans une société. C’est cela le vrai problème. Ce n’est pas parce que les Mossi ont acheté des champs de café à Daloa ou à Bouna que ça explose.

Deuxièmement, en 1909, ce n’est pas nous qui avons créé la colonie de Côte d’Ivoire et décidé que la seule façon de mettre en valeur les terres fertiles, c’était d’exclure tout projet de développement en Haute-Volta et exporter la main d’œuvre en Côte d’Ivoire dans le cadre des travaux forcés.

Quand je faisais mes enquêtes pour ma thèse d’Etat, j’ai rencontré un chef traditionnel qui m’a confié hors micro que son père, pour fidéliser la main d’œuvre en Côte d’Ivoire, a été obligé d’envoyer son propre petit frère rester dans les plantations avec les populations et recréer le village. Le frère du chef est le représentant du chef. Les Mossi étant disciplinés et respectueux de leur chef, ils vont rester en place. C’est pour vous dire que ce n’est pas de gaieté de cœur que les Burkinabè se sont retrouvés là-bas.

L’ancien ministre des Affaires étrangères (de 1984 à 1987) qui vous parle est allé en mission à plusieurs reprises voir le président Houphouët Boigny pour ces mêmes questions de terre. Ce n’est pas un problème nouveau. On a toujours su gérer quand il y avait le matelas café-cacao. Houphouët avait les moyens de dédommager les Burkinabè qui avaient été injustement spoliés. Ces moyens n’existent plus. Résultat, c’est ce qu’on voit.

Je crois qu’il faut avoir la capacité de lire sans passion l’histoire et les conséquences de cette dépendance accrue aux produits d’exportation dont on ne maîtrise pas les coûts. On a des problèmes aujourd’hui avec le coton parce qu’on ne décide pas des coûts. Il y a 50 ans on trouvait Koupéla, Koudougou ou Ouahigouya en Côte d’Ivoire et cela contribuait à fidéliser les populations. Les Mossi ont toujours été disciplinés, travailleurs et productifs. On ne va pas aujourd’hui instrumentaliser cela parce qu’il y a la crise.

 

 

S. : René Dumont a eu à écrire que « l’Afrique noire est mal partie ». Quel commentaire en faites-vous ?

B.G. : Je ne suis pas d’accord avec lui. Je pense qu’il raconte des balivernes. C’est la présence européenne en Afrique qui est mal partie. Il est venu ici raconter ses balivernes aux étudiants de la Faculté des sciences économiques qui l’ont « ramassé » parce qu’il a suggéré de tuer toutes les chèvres. Il dit que la chèvre détruit plus qu’elle ne rapporte.

Entre ce que la chèvre broute et ce qu’elle rapporte si on la tue pour la vendre, il estime que la destruction coûte trop cher par rapport au prix de la chèvre. Il pense qu’il est mieux de tuer toutes les chèvres pour sauver notre environnement. Il exclut tout l’aspect culturel et affectif de la chèvre dans notre milieu. Ce calcul économiste, je ne le partage pas. L’Afrique n’est pas mal partie. C’est la présence occidentale et européenne en Afrique qui est mal partie. C’est la divagation d’une élite extravertie qui fait piétiner l’Afrique.

Mais au fur et à mesure des échecs je crois que les leçons se tirent parfois au niveau où on ne les soupçonne pas au ras-du-sol comme on le dit. Les gens apprennent à faire avec ce qu’ils ont et ils ne reculent pas ; ils avancent. Je pense qu’un pays comme le Burkina Faso, même s’il ne marche pas à 200 km/h, il ne recule pas. Depuis vingt ans, il y a des acquis sur lesquels aucun régime ne pourra revenir au Burkina. Personne ne peut faire disparaître le fait qu’en 1983 il y avait 300 millions de mètres cubes d’eau dans tout le Burkina Faso et qu’avec le seul barrage du Sourou, on a multiplié cette quantité par deux, c’est-à-dire 600 millions de mètres cubes. On ne peut pas faire disparaître cela.

Aujourd’hui, avec la philosophie de tout faire pour recueillir le maximum d’eau pour pouvoir développer une agriculture de contre-saison, nous sommes à près de 6 milliards de mètres cubes. Ce sont des acquis importants qu’on sous-estime, qu’on minimise dans l’euphorie de la démocratisation, de la libéralisation. Mais pour moi qui ai vingt ans d’activités politiques aussi bien dans le gouvernement qu’en dehors, je ne peux pas négliger cela. Je pense que le Burkina a fait des pas de géant et il faut en être fier. Je visite beaucoup les pays voisins. Je ne veux pas critiquer ou comparer parce que diplomatiquement ce n’est pas bien mais...

Comme je le dis, nous n’avons jamais eu de café, cacao, pétrole, diamant. On a appris à gérer au plus près ce qu’on a. C’est un état d’esprit qu’aucun régime ne va changer. Il suffit simplement de se positionner pour pousser, accélérer ou alors ralentir. Parfois quand on va aussi trop vite on court le risque de se casser le cou. Je maintiens que mon pays est un pays qui est géré correctement pour l’essentiel, avec une population qui est travailleuse et qui a besoin d’un minimum pour s’organiser mieux, produire mieux et surtout garantir que nous ne vivrons plus des situations comme celle de cette année faite de déficit céréalier, d’attaque acridienne.

Le sac de maïs de 100 kilos est vendu à 25 000 F CFA ; c’est du jamais vu et il faut qu’on prenne le taureau par les cornes.

Nous pouvons produire pour ne pas nous retrouver dans des situations de ce genre. Nous pouvons protéger notre marché ; parce que peut-être la moitié de la récolte est passée de l’autre côté de la frontière où le même sac de maïs est vendu à 30 000 F CFA ou plus.

Nous pouvons contrôler nos commerçants, nos circuits de distribution, etc. Il y a à améliorer à l’interne. Si les critiques prennent cette direction, je les partage. Mais peindre le tableau en noir comme si le peuple attendait que le messie arrive avant de se réveiller, je dis que le peuple s’est réveillé depuis longtemps.

S. : Vous êtes aujourd’hui chercheur, directeur général du Centre national de recherche scientifique et technologique (CNRST). Vous avez été ministre de l’Environnement et du Tourisme, ministre des Affaires étrangères et ministre de l’Information sous le Conseil national de la Révolution (CNR). Quelles sont les grandes leçons que vous tirez de ce parcours ?

B.G. : Il faut dire que j’ai d’abord commencé comme responsable d’étudiants. J’ai été Secrétaire général de l’Association des étudiants voltaïques de Ouagadougou. C’est là que j’ai connu ma première prison politique pour avoir manifesté dans la rue avec les lycéens. Après, j’ai été en France où j’ai passé sept (7) ans à Paris en tant que militant de l’Association des étudiants voltaïques en France et de la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (FEANF). C’est un cursus syndical et politique dont je suis fier et que j’arbore avec fierté.

J’estime que la FEANF était la plus grande université politique pour les étudiants africains. C’est dommage pour des cadres ou des étudiants qui ont été en France, à Paris et qui ont refusé de militer dans ces cadres de formation parallèle. Ça se voit aujourd’hui dans le comportement politique citoyen. Ceux qui sont passés par ces écoles n’ont pas les mêmes attitudes, les mêmes comportements. Avec la petite expérience de quatre ans au niveau du gouvernement, je suis fier d’avoir participé à une période historique du Burkina qui continue de marquer le cheminement de la vie politique.

Quel que soit le jugement de valeur qu’on peut porter sur la période révolutionnaire, sur les quatre ans et même plus, je dirai que cette expérience a porté beaucoup de fruits que nous avons de la peine à évaluer parce qu’on est encore des acteurs et c’est difficile d’être juge et partie. Je reste convaincu que les historiens diront plus tard que cela a été un virage important dans la volonté de ce pays de se forger une identité, d’exister comme un Etat indépendant et souverain capable de générer des ressources pour son propre développement.

S. : Pouvez-vous nous relater les faits marquant des divers postes de responsabilité que vous avez occupés ?

B.G. : J’étais ministre révolutionnaire du Conseil national de la Révolution (CNR). L’organe dirigeant était le CNR. Le gouvernement n’étant que l’exécutif chargé d’exécuter les directives de l’instance politique qui était le CNR.

Nous avons initié la Révolution démocratique et populaire en nous appuyant sur les 8 000 Comités de défense de la Révolution (CDR) des villages qu’on a mis sur pied spontanément sans notre présence. Je précise cela parce que souvent on a comme l’impression que c’est le CNR qui s’est déplacé pour « fabriquer » les CDR dans les 8 000 villages. Ce n’est pas vrai. Cela s’est passé le 4-Août en même temps que le CNR naissait. C’est normal que les CDR aient été des réceptacles de n’importe qui et de n’importe quoi. On n’était pas dans les 8 000 villages ni dans tous les quartiers des villes pour dire il faut voter telle ou telle personne. Ce sont les populations elles-mêmes qui ont élu leurs responsables.

Si ces responsables ont compris que dans leurs quartiers ou dans leurs villages, il y avaient des bandits qui opéraient et qu’il fallait la Kalachnikov pour assurer la sécurité et qui par la suite les ont utilisées pour terroriser des individus, pour retirer de force des animaux « aller égorger ou vendre » ou encore terroriser telle ou telle fille pour la soumettre au charme, je dirais que c’est des épiphénomènes que tout mouvement de masse traîne et qu’il faut savoir gérer.

Je pense aussi que c’est parce qu’il y a eu une structure villageoise des CDR dans les quartiers et villages qu’il y a eu des acquis par rapport aux trois (3) luttes de l’Environnement et du Tourisme à savoir la lutte contre les feux de brousse, la lutte contre la divagation des animaux, la lutte contre la coupe abusive de bois. C’est grâce à ces structures que le reboisement intensif a pu se faire. Le taux de scolarisation était à peine à 12 ou 14% à l’époque. En moins de dix ans on a constaté un changement.

La période révolutionnaire a permis de faire un bond en avant. En 1990 par exemple il se construisait à peu près 700 écoles chaque année et l’Etat avait de la peine pour trouver l’équipement et les enseignants.

L’Information, on ne le dit pas assez parce que les gens croient que l’histoire politique du Burkina a commencé en 1992 depuis qu’ils ont décidé de faire de la politique. Ce n’est pas vrai. La première radio libre du Burkina Faso, c’est Basile Guissou, ministre de l’Information du CNR qui a signé cette autorisation. Moustapha Laabli Thiombiano est là, il peut le confirmer. Une autre radio libre « Entrez parler » a existé sous la Révolution. Ce sont des choses dont on ne parle pas. La Révolution n’était pas menée par des dictateurs incultes et ignorants de l’environnement international. Bien au contraire.

S. : Mais comment expliquez-vous l’échec du CNR ?

B.G. : Le CNR n’a pas échoué. Il a fini sa mission historique, c’est tout. Personne n’a renversé le CNR. C’est lui-même qui a implosé. On n’a pas eu une agression extérieure. C’est le CNR lui-même qui a créé les conditions de sa propre implosion.

S. : Quelles étaient ces conditions ?

B.G. : C’est le pouvoir qui a implosé oui ou non ? Il était à bout. C’est ce que ça veut dire. S’il n’était pas à bout il n’aurait pas implosé. Il serait là encore. Il avait donc terminé sa mission. Dialectiquement c’est ce que ça veut dire. La fin ne vient pas si ces conditions ne sont pas remplies.

S. : Cela a été brutal quand même ?

B.G. : C’est vous qui la percevez comme une fin brutale, pas les acteurs (rires). Personnellement, je ne peux pas prétendre avoir été surpris. Ce n’est pas vrai.

S. : Avez-vous senti cette fin venir, puisque vous avez quitté le gouvernement en avril 1987 ?

B.G. : Non je ne l’ai pas sentie. Mais c’était clair, c’était évident. Je l’ai dit dès le départ. De la façon dont vous vous installez dépend aussi la façon dont vous allez finir. Si on a démocratisé le pouvoir jusqu’au plus petit village, c’était un risque en soi, parce que cela va remonter jusqu’au niveau du sommet.

Si vous n’avez mis en place aucun mécanisme pour gérer vos contradictions, le jour où il y aura contradiction, c’est à la Kalachnikov que vous allez vous départir. On est d’accord ? C’est ce qui s’est passé. Je pense qu’en dehors de tout subjectivisme ou d’analyse de regret moral, je dirai objectivement que ce n’est pas une agression extérieure. C’est l’implosion d’un système qui n’a pas su générer des mécanismes capables de gérer ses crises sans passer par la violence telle qu’on l’a vue. C’est ainsi que je lis les choses. Je ne rentre pas dans des considérations sentimentales.

S. : Vous ne semblez pas reconnaître l’échec du CNR. Le Front populaire est venu pour rectifier quelque chose ?

B.G. : Moi je n’étais pas là. J’étais à la gendarmerie (rires).

S. : Il paraît que vous y aviez été torturé ?

B.G. : Ce n’est pas il paraît, c’est vrai. J’ai fait quatre mois. J’ai été du 16 décembre 1987 au 25 mars 1988 à la Brigade de prévention routière (BPR) avec Salvi Charles Somé dans la même cellule, nus comme des vers, chicotés tous les soirs sans savoir pourquoi. Nous n’avons jamais été interrogés.

S. : Mais pourquoi selon vous, vous étiez torturés ?

B.G. : On peut deviner. C’est des règlements de comptes classiques entre élites de façon générale et révolutionnaires de façon particulière parce que là-bas en général c’est plus méchant.

S. : Est-ce que vous êtes d’accord avec ceux qui ont soutenu que le président du CNR était autocrate et que le CNR était devenu réactionnaire ?

B.G. : Ils sont seuls responsables de leurs propos, pas moi. J’ai publié un livre sur mon expérience au CNR. Il est là depuis 1995. Ceux qui veulent peuvent le lire. C’est aux Editions L’Harmattan à Paris. J’ai mes points de vue là-dedans et je les assume.

S. : Après quatorze ans d’expérience démocratique, êtes-vous toujours nostalgique de la période révolutionnaire au point de vouloir un jour participer à une aventure sankariste ?

B.G. : Qu’est-ce qu’un sankariste ? Je ne sais pas ce que c’est. J’ai toujours défendu mes idées. Je n’ai jamais suivi quelqu’un. J’ai commencé à militer depuis 1970 et j’ai toujours défendu mes convictions, mes idées. Je ne suis pas « Blaisiste » ou « Sankariste » comme vous dites. Non. Si je retrouve mes idées dans une action politique, je m’y engage.

Ce qui se passe aujourd’hui dans mon pays n’est pas étranger à l’action que j’ai menée depuis avec mes camarades. C’est une continuation et selon les conditions historiques données il y a des actions qui sont possibles et d’autres qui ne le sont pas. Je ne suis pas le bon Dieu et je ne peux pas réinventer l’histoire. L’histoire c’est l’histoire.

Maintenant je peux aménager le futur. Rien ne sert de pleurer le passé. Il faut améliorer l’existant et ce qui vient. Je préfère penser en termes de quelle peut être ma contribution aujourd’hui et demain pour que mon pays aille de l’avant ?

A quel poste et en faisant quoi ? Je n’ai pas cessé d’être révolutionnaire. Je le suis dans le contexte de 2005. Je ne regrette rien du tout. Je ne pleure pas 1983. 83 c’est 83 ; nous sommes en 2005 et je fais avec 2005.

S. : Que pensez-vous des partis qui se réclament de Sankara ?

B.G. : Je crois avoir déjà répondu à la question. Je ne sais pas ce que c’est que le sankarisme. Seuls les partis en question peuvent le dire. Je suis mes convictions, je n’ai jamais suivi quelqu’un. Je défends toujours mes idées. Si mes idées et celles d’un autre vont ensemble, on fait chemin ensemble. Le jour où ça ne va pas, je quitte comme je l’ai fait en 1987. En 1987 quand je n’étais plus d’accord j’ai été le 27 avril le dire à Sankara. Je m’en vais. J’ai quitté le gouvernement. Je ne suis pas d’accord et je suis parti.

Le 15 octobre 1987 je n’étais plus membre du gouvernement. J’étais assis au CNRST. Ça ne m’a pas empêché de prendre le bâton mais bref, je me suis assumé. En aucune façon, je me suis engagé à être advitam aternam derrière un individu quelconque. Non. Je respecte mes présidents. Sankara a été mon président pendant quatre ans et j’ai tout le respect que je garde pour lui mais il n’a pas été mon maître et mon Dieu. C’est un bon président. Et en tant que ministre discipliné et militant, j’avais des rapports de ministre à président avec lui, sans plus.

S. : Vous êtes membre du parti transnational. Vous avez même siégé au parlement européen. Qu’est-ce que vous tirez de ce parti ou est-ce de façon opportune que vous vous êtes retrouvé dans ce parti ?

B.G. : C’est en 1983 que j’ai connu Marco Panela, Emma Bonino et plusieurs autres. En 1983, il y a eu à Rome la première conférence pour l’organisation de l’aide aux pays victimes de la sécheresse. J’y étais en tant que ministre de l’Environnement et du Tourisme pour représenter le Burkina. C’est là que j’ai connu les membres du Parti radical mais aussi les membres du gouvernement italien de l’époque, la démocratie chrétienne comme des socialistes et même des membres du Parti communiste italien. Mais le parti qui m’a semblé être le plus proche de nos idées par rapport à la lutte, la désertification et la sécheresse était le Parti radical.

Ce n’est pas en 1987 ou 1988 que j’ai connu ou que j’ai adhéré au combat de Panela. Le parti était un parti transnational dans lequel militaient des Sénégalais, des Ivoiriens, etc. Par principe, j’étais d’accord avec leur approche et j’ai pris la carte de ce parti.

Panela est venu ici plusieurs fois sous la Révolution. Il est ami d’ailleurs de Gérard Kango Ouédraogo qui était à l’époque détenu politique. Grâce à l’action de Panela, je crois, le CNR a eu à élargir beaucoup de détenus politiques. Panela est un défenseur des droits de l’Homme de la première heure. Que ça soit dans les pays de l’Europe de l’Est ou en Union Soviétique, il a fait des grèves de la faim, il a organisé des marches et sit-in pour exiger la libération des prisonniers d’opinion. Ce n’est pas un homme né de la dernière pluie.

Dans mon livre je parle de lui en montrant dès l’introduction qu’en 1984 quand il est venu au Burkina, il a eu à dire que si nous ne faisions pas une Constitution pour organiser la façon dont on doit accéder ou quitter le pouvoir, on s’exposerait à ne donner comme alternative au changement que la voie que nous-mêmes avons suivie pour arriver au pouvoir. Je l’ai écrit dans mon livre. Il l’a dit en 1984-1985.

C’est pour dire que c’est un homme qui savait de quoi il parlait. C’est un homme d’expérience. Sur la scène italienne, je ne compte pas le nombre de victoires qu’il a remportées par rapport à la conquête des droits pour les femmes, l’égalité des chances dans la société, etc. Je précise que le parti à l’époque était un parti de pression.

Aujourd’hui, on a de la difficulté à imaginer ce que c’est. C’était un parti particulier, voilà pourquoi je me suis retrouvé dans ce parti et avec intérêt. Je ne voyais pas d’incompatibilité. Quand j’étais en prison, Panela était l’unique député européen qui a payé le billet d’avion de sa poche pour venir demander notre libération à Ouagadougou. Et le 25 mars 1988 quand nous avons été libérés, il a loué un avion à Lomé pour venir me voir. Ce ne sont pas des choses qui s’oublient. Je ne pense pas qu’il ait fait cela par calcul politique. S’il avait fait des calculs je ne pense pas que ma petite vie valait l’allocation d’un avion. C’est un ami, un aîné pour lequel j’ai beaucoup d’estime, de respect et il me le rend bien.

S. : On peut dire que vous êtes idéologiquement proches, quand on regarde votre cheminement avec Panela. Aujourd’hui vous êtes dans un parti où on trouve du tout ?

B.G. : Aujourd’hui, on est dans le rassemblement large et solidaire. Et comme je le dis, une fois que vous dites que vous élargissez, vous démocratisez et vous libéralisez, acceptez que dans le même réceptacle, on puisse trouver des poissons de couleur et de poids différents, de passés différents. Je pense que vous avez un parti social- démocrate, vous ne pouvez pas le comparer à un parti communiste. Moi je suis un militant de l’ULCR (Union de lutte communiste et révolutionnaire).

Je cohabite aujourd’hui avec des réactionnaires et le RDA, première formule en 1946 comme avec des MLN (Mouvement de libération nationale) réformistes impénitents. On est dans les mêmes instances, on se frotte, on s’affronte et je pense que ce n’est pas mauvais.

S. : Est-ce que ce n’est pas difficile pour un révolutionnaire comme vous, de nager avec des réactionnaires ou des réformistes... ?

B.G. : La révolution, c’est la difficulté. C’est comme si vous me dites que le poisson est dans l’eau. Le poisson est fait pour vivre dans l’eau. Le révolutionnaire est toujours dans des difficultés. Ce n’est jamais de gaieté de cœur que les gens acceptent qu’on bouleverse leurs habitudes. Or la révolution, c’est le bouleversement des habitudes, des acquis, des certitudes. Quand vous venez, vous diminuez les salaires des gens de 10% pour équiper l’hôpital en ambulances, pour vous c’est bien mais celui à qui on coupe les 10%, c’est mauvais.

Je pense qu’être révolutionnaire c’est oser aller à contre-courant mais en étant inscrit dans le courant principal de l’histoire. C’est tout. On ne peut pas s’en sortir autrement. Cela va prendre le temps que ça prendra mais seuls nos propres efforts vont nous conduire au développement. Maintenant, le mécanisme peut passer par « l’EPI » (Effort populaire d’investissement) comme on l’appelait à l’époque. Ça peut aussi passer par d’autres mécanismes. Mais en tous les cas, je crois qu’une société qui veut avancer doit sécréter ses propres ressources pour pouvoir contrôler son avenir.

S. : On vous voit régulièrement à Koudougou, aux côtés de Hubert Yaméogo, battre campagne ; est-ce un signe que vous serez candidat à la députation ?

B.G. : Est-ce que j’ai déjà été candidat ? Je ne l’ai pas été, je ne le suis pas et je ne le serai pas. De moi-même, je n’ai aucune ambition électorale. On ne m’a jamais élu ministre mais je l’ai été. Je l’ai dit et redit. Le bulletin de vote, on peut y croire, moi pas.

S. : Pourquoi battez-vous compagne alors ?

B.G. : Pourquoi vais-je laisser mes adversaires prendre le terrain ? Je suis derrière Blaise Compaoré parce que lui, c’est mon camarade. Si ce sont ceux d’en face, ils vont me régler mes comptes (rires). Je défends mes camarades. Si le CDP est renversé, je vais subir la dictature des autres comme ils disent qu’ils subissent la dictature du CDP aujourd’hui. C’est le retour du bâton. Je me bats donc pour que cela ne se passe

pas. S. : Est-ce que vous pensez comme Balla Kéita qu’un bout de papier n’a jamais élu un président en Afrique ?

B.G. : Je ne suis pas l’étudiant de Balla Kéita. Je suis un révolutionnaire qui pense que le pouvoir est au bout du fusil.

S. : Ne croyez-vous donc pas en la démocratie ?

B.G. : Je n’y crois pas. Je crois en la révolution démocratique et populaire.

S. : Est-ce que votre franc-parler au sein du CDP passe ?

B.G. : On gère. Cela ne passe pas pour certains, mais pour d’autres oui. Le franc-parler d’autres personnes ne passe pas pour moi aussi, mais je fais avec. Je ne peux pas les faire disparaître ; eux aussi ne peuvent pas me faire disparaître donc, on vit ensemble.

 

 

S. : On a l’impression que ce n’est pas la Gauche qui va résoudre le problème de l’Afrique ?

B.G. : C’est votre point de vue et non le mien. Vous êtes libres de croire et de dire que c’est le point de vue de Keynes ou de Galbraight qui va résoudre le problème de l’Afrique. Moi je suis de la Gauche. J’ai mon choix et j’ai bien dit que je ne suis personne. Je suis un des signataires de la motion de la sous-section de Paris en 1978 qui a dit que nous avons décidé de penser par nos propres têtes, trouver nos propres solutions aux problèmes de notre pays.

Je suis le premier signataire de la motion qui dénonçait le suivisme, les Kolkozes au sein des mouvements étudiants. Je ne suis pas le mouton de Mao, ni celui de Lénine ni de Karl Marx. J’ai un cerveau. Karl Marx n’est pas Burkinabè ; il n’a jamais vécu au Burkina, il n’a pas connu le Burkina, il n’a pas non plus pensé pour le Burkina. C’est à nous de penser pour le Burkina. Mais je pense que ce Mao Tse Toung enseigne pour amener son peuple ou un pays à sortir des besoins primaires (basic needs comme le disent les Anglais) est plus proche de mes réalités que ce que Keynes dit. Keynes parlait dans une Angleterre industrialisée pour dire que c’est l’offre et la demande qui sont la croissance à souhaiter. Je suis dans un contexte où à 100%, nous ne sommes que des importateurs. Nous ne produisons rien, à part l’agriculture et l’élevage.

Du point de vue de la réflexion, ceux qui m’inspirent le plus, en termes de leçons et capables de me servir pour trouver des solutions aux problèmes de mon pays, ce sont ceux qui ont vécu la même situation que moi. Ils sont plus proches. Cela dit, je ne dis pas que le marxisme n’a pas sauvé l’Afrique et ce n’est pas le libéralisme qui va nous sauver. C’est l’élite africaine qui va trouver sa voie. Je ne sais pas si pour vous, l’Inde est un pays marxiste ou capitaliste, si la Chine aujourd’hui est un pays communiste ou capitaliste mais je constate qu’ils s’en sortent. Le jour où l’Afrique trouvera sa voie, elle va s’en sortir.

Mais si c’est Tartampion qui s’assoit à New York ou à Washington pour dire que c’est le capitalisme libéral ou que c’est le marxisme communiste dictatorial, je dis que c’est son affaire. L’essentiel est que ma population puisse manger à sa faim, se soigner, s’instruire, s’habiller, satisfaire ses besoins et contribuer à la marche de mon pays de façon consciente et responsable. C’est cela ma vision.

Je ne quitte pas un impérialiste pour un autre. Je ne joue pas sur les contradictions inter-impérialistes pour dire que l’impérialisme occidental est plus succulent que l’impérialisme soviétique, russe. Je pense qu’il faut éviter d’être sous la coupe de l’impérialisme.

 

 

S. : Quelles sont vos propres recherches ?

B.G. : Moi j’ai travaillé sur la constitution de l’Etat. Je suis un sociologue et je me suis très tôt intéressé à l’histoire des institutions politiques et leur marche et surtout au pourquoi des difficultés des pays africains, à commencer par le mien, à trouver des dispositifs institutionnels adaptés à leur environnement sociologique et culturel. Je pense que c’est une réflexion qui participe aussi à améliorer le dispositif qui va permettre à la société réelle à savoir la société villageoise d’être en adéquation avec ce qu’on prétend être, la modernité.

Nous avons aujourd’hui des structures modernes : l’Assemblée nationale, le Médiateur du Faso, le Conseil constitutionnel, etc. Comment faire pour que la société réelle trouve son ancrage dans cet univers ? Nos sociétés fonctionnent à deux vitesses et il faut bien qu’on travaille à être sur la même vitesse. Cela exige un travail de recherche et je suis dans ce domaine.

 

 

S. : Si vous deviez jeter un regard rétrospectif sur votre carrière, quel bilan en tireriez-vous ?

B.G. : J’ai essayé de faire de mon mieux ce que j’avais à faire en étant convaincu que je donne le meilleur de moi-même.

 




 


Mots-clés


Réagissez à cet article Réagissez

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2776 /2239032

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Français  Suivre la vie du site DOCUMENTS  Suivre la vie du site Témoignages   ?

76 visiteurs en ce moment

visiteurs_connectes