Entretien : Mariam Sankara / Veuve de Thomas Sankara : "La vérité finit toujours par triompher"


Imprimer l'article Réagissez à cet articleUn message, un commentaire ?

Entretien : Mariam Sankara / Veuve de Thomas Sankara : "La vérité finit toujours par triompher"

 

Mariam Sankara ne désarme pas. Vingt ans après l’assassinat de son mari, dix ans après avoir déposé une plainte pour assassinat, celle qui fut la première dame du pays estime que “tôt ou tard, la justice finira par aboutir car la vérité finit toujours par triompher”. Un optimisme qui se nourrit notamment d’une décision du Comité des droits de l’homme de l’ONU, qui a condamné le Burkina a respecter les recommandations de sa chartes des droits fondamentaux.

Après vingt ans d’exil, quel est votre sentiment au lendemain de votre retour au Burkina Faso ?

J’ai l’impression d’être partie hier. Mais j’ai été très émue à mon arrivée. Je ne m’attendais pas à trouver autant de monde. J’ai trouvé une foule impressionnante de personnes qui ont témoigné leur sympathie pour mon mari. Cela m’a vraiment fait chaud au cœur. Je me suis rendu compte que l’idéal de Thomas Sankara est plus que jamais vivant dans le cœur des burkinabè. J’ai vu cette jeunesse qui marchait à côté de ma voiture et m’a raccompagné jusqu’à mon domicile. C’est vraiment impressionnant.

 

Vous saviez pourtant que votre mari est toujours présent au Burkina ?

Oui mais cela fait vingt ans que je suis partie, et je ne m’attendais pas à autant de ferveur. Je sais que chaque année se tiennent des commémorations, mais en voyant cet accueil que les gens me font, cela donne de l’espoir.

Vingt ans après comment expliquez vous cette ferveur ?

Les gens ont compris que le message que délivrait Thomas est important pour le Burkina Faso. Et que c’est un message dont le peuple et la jeunesse ont besoin. Par ailleurs, ils ont vu également d’autres personnes à l’œuvre pendant vingt ans, et cela n’a pas changé leur situation. Ils regrettent donc Thomas et son message.

La presse burkinabè posait la question de votre sécurité. Vous-même vous sentez-vous en sécurité ici ?

Pour l’instant je suis avec les camarades sankaristes qui assurent ma sécurité. Mais je n’ai rien remarqué de particulier. Je suis chez mon frère et je me sens en sécurité sous cette garde.

Votre venue ici est-elle également une façon d’appuyer la demande de procès que vous réclamez depuis 10 ans, à la faveur de la décision récente du Comité des droits de l’Homme de l’ONU ?

Je demande toujours justice. Je veux que justice soit faite. J’espère que les camarades ici vont m’appuyer dans ce sens. J’espère aussi que l’Etat burkinabè ira dans le sens des recommandations faite par les nations unies, que le dossier soit transmis en justice et que l’on puisse avoir la vérité. Et je crois que la vérité est très importante car elle permettra d’arriver à une réconciliation nationale. Aujourd’hui on nous demande de pardonner. On ne peut pas pardonner si on ne sait pas ce qui a été fait. On veut bien pardonner mais encore faut-il savoir ce qu’il y a à pardonner. Je ne fais que demander justice. Et les Nations Unies disent aujourd’hui que j’ai droit à cette justice. il appartient au pouvoir de s’y conformer en respectant son engagement à ce pacte international. Du reste, je suis convaincue que l’impunité ne saurait se pérenniser sur ce crime. Tôt ou tard, la justice finira par aboutir car la vérité finit toujours par triompher.

20 ans après, une nouvelle génération émerge en Afrique. Quels sont les enseignements de Thomas Sankara et que reste t-il de son héritage ?

Vous savez la situation de la jeunesse aujourd’hui est davantage plus dramatique qu’hier. Voyez combien de nos sœurs, nos frères, nos enfants à la recherche d’un mieux être sont engloutis par la mer. S’ils sont obligés de quitter nos pays, de braver l’adversité à chaque pas, de risquer leur vie sur chaque vague, c’est bien parce que chez eux, aucune perspective ne s’offre. C’est parce que leur pays à mal à sa gouvernance politique et économique. C’est tout simplement parce que chez eux, ils sont sans existence. N’est ce pas pour éviter une telle situation que le combat dont Thomas Sankara était porteur prônait que une meilleure vie pour le peuple ne pouvait être que la résultante de ses efforts, ses sacrifices, et sa capacité à organiser de façon endogène son développement ? Dans un de ses messages si je ne me trompe, Thomas à eu à dire que “là ou s’abat le découragement s’élève la victoire des persévérants”. C’est une adresse forte à la jeunesse, a tous ceux qui luttent pour vivre mieux et autrement. Il s’agit de ne pas baisser les bras, de se libérer des chaînes et de prendre en charge soi-même son destin car personne d’autre ne le fera à votre place.

 

Propos recueillis par Rémi Rivière



 


Mots-clés


Réagissez à cet article Réagissez

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 4231 /2212978

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Français  Suivre la vie du site ACTUALITES  Suivre la vie du site Actualité   ?

62 visiteurs en ce moment

visiteurs_connectes