Accueil > Français > DOCUMENTS > Témoignages


Nayabtigoungou Congo Kaboré, secrétaire général du gouvernement sous la Révolution « C’est grâce à Blaise Compaoré qu’on parle aujourd’hui du Burkina Faso »

Publié le 11 décembre 2013 sur le site du quotidien Sidwayahttp://www.sidwaya.bf/quotidien
Opposant, Sankariste, Secrétaire général du gouvernement sous le régime du Conseil national de la révolution (CNR), ministre en charge de l’Action sociale, puis de l’Intégration dans les années 2000, candidat à l’élection présidentielle de 2005, le fondateur du Mouvement pour la tolérance et le progrès (MTP), Nayabtigoungou Congo Kaboré parle peu ces derniers temps. A la faveur du (...)


Boukari Kaboré dit « Le Lion du Bulkiemdé » « C’est Blaise qui a organisé l’assassinat de Sankara »

Publié dans Courrier confidentiel N° 37 du 10 juillet 2013
BOUKARI KABORE DIT « LE LION DU BULKIEMDE » « C’est Blaise qui a organisé l’assassinat de Sankara »
Le Capitaine Boukari Kaboré, commandant du Bataillon d’intervention aéroporté (BIA) de Koudougou, sous la Révolution, s’est farouchement opposé à l’assassinat de Thomas Sankara en octobre 1987. Cet assassinat ne restera pas impuni, prévient-il. « Il y a des témoins vivants qui sont prêts à parler ». Et (...)


SY CHERIF, Directeur de BENDRE : Mon dernier face à face avec Sankara

Publié le dimanche 14 octobre 2012 dans Le Pays
Chérif Sy, directeur du journal « Bendré », n’est peut-être plus à présenter. C’est l’un des fils du grand chancelier, le Général Baba Sy. La rédaction a voulu partager le regard de cet homme de média, sankariste à sa façon, 25 ans après le drame du 15 octobre. L’homme retient du passé des valeurs indispensables pour bâtir l’avenir du Burkina Faso. Et il nous révèle sa dernière rencontre avec feu le capitaine (...)


15-Octobre : « La météo politique annonçait une tempête de tous les dangers »

Publié dans le quotidien l’Observateur du Mardi, 16 Octobre 2012
S’il est un homme de médias qui, dans sa vie professionnelle, a eu à côtoyer le président Thomas Sankara, mais qui n’a pas eu pour autant à donner publiquement sa compréhension des évènements du 15 octobre 1987, c’est certainement Jean-Paul Hilaire. Aujourd’hui, c’est chose faite puisque samedi dernier nous l’avons rencontré pour parler du 15 octobre 1987. Présentement directeur (...)


Mme Sanou, ancienne secrétaire à la présidence « Sankara était l’avocat des femmes »

Elle a travaillé deux années à la présidence du Faso sous le magistère de Thomas Sankara. De 1985 à 1987, Elle a côtoyé le président au bureau, au sport et lors des réceptions. Elle a accepté se confier, tout en gardant une partie de son anonymat pour des raisons que nous comprenons aisément vue sa position actuelle dans son service. En 1985, Sankara entreprend le renforcement de l’effectif du personnel de la présidence. Il veut bâtir une administration forte qui impulse une dynamique (...)


"Il y a 25 ans, tombait Thomas Sankara" de Acheikh Ibn-Oumar

lundi 15 octobre 2012 / par Acheikh Ibn-Oumar, pour l’autre afrik Il m’est difficile d’oublier cette après-midi du 15 octobre 1987, à Ouagadougou. C’était un peu avant 16 heures, heure locale. Tout baignait dans une torpeur incitant à la sieste. Nous étions six dans la villa où nous logions : trois de mes collaborateurs, le cuisinier et le sous-officier burkinabé affecté à notre service. Puis brusquement, de brèves rafales d’armes automatiques déchirèrent (...)


Les confidences de Valère Somé

Cette interview a été publiée par le journal burkinabè le Quotidien le vendredi 6 juillet 2012 sous le titre : Valère Somé : « Le Lion n’est pas un leader politique qu’on doit suivre ». Nous avons changé le titre de l’article parce qu’il ne reflète en rien le contenu de cet article. Il a probablement été choisi pour alimenter une polémique, un jeu dans lequel nous ne voudrions pas tomber. Ce qui est important, c’est que Valère Somé se livre effectivement ici (...)


Bognini Edouard, ancien conseiller de Sankara « L’homme était un bourreau du travail »

Mutations (bimensuel du 15 octobre 2012.
Ancien secrétaire général du ministère de la Jeunesse et des Sports pendant dix ans (de janvier 1996 à juin 2006), l’inspecteur Bognini a aussi occupé durant deux ans le poste de chef de Division sport et culture de la présidence entre mars 1985 et octobre 1987. Une courte période, mais très enrichissante à ses yeux. « Avec Sankara, il faut savoir travailler vite et bien. », note-t-il. Tout est allé vite avec lui.
Sankara ne le connaissait (...)


Révolution d’août 83 au Yatenga : Nostalgiques et victimes s’en souviennent

Hamed NABALMA
Quotidien La Pays, publié le lundi 6 août 2012
Le 4 août 1983, un groupe de militaires s’empare du pouvoir en Haute-Volta et met en place un régime révolutionnaire. Les acteurs clés du nouveau régime sont connus : Thomas Sankara, Blaise Compaoré, Boukary Lingani et Henri Zongo. Mais après 4 années de pouvoir révolutionnaire, des contradictions au sein de l’organe dirigeant, le Conseil national de la révolution (CNR), le régime du capitaine Thomas Sankara (...)


"les bourses cubaines ont été une aubaine pour le Burkina Faso... La quatrième république a tout simplement déshonoré à son engagement à notre égard, pour des intérêts politiques partisans" interview de Salifou Sana parti étudier à Cuba pendant la révolution

Près de 600 jeunes sont partis durant la révolution à Cuba envoyés par le Conseil National de la Révolution afin d’acquérir une formation professionnelle. Mais on sait peu de choses sur cette expérience. Peu d’anciens de Cuba ont raconté leur vécu. C’est pourtant un exemple très concret de la solidarité de Cuba avec l’Afrique, en plus de l’intervention de ce pays aux côtés des pays sur la ligne du front avec l’apartheid. C’est pour palier ce manque (...)


Philippe Ouedraogo, ministre la première année de la révolution, parle des grands travaux sous la révolution

Cet article reprend un témoignage de Philippe Ouedraogo qui a été ministre la première année de la révolution. L’article a été publié dans l’hebdomadaire bendré N° 663 du 15 octobre 2011 sous le titre : " Le tronçon Ouaga-Kaya n’a pas été abandonné", Philippe Ouédraogo
La révolution démocratique et populaire conduite par le capitaine Thomas Sankara a pris fin il y a 24 ans de cela. Loin des yeux, certains chantiers entamés à cette époque suscitent toujours de (...)


Boukary Kabore dit « le Lion » “La mort de Thomas a été un suicide politique”

Le titre de l’article pourrait prêter à confusion car les sujets abordés sont plus larges. Mais cela fait partie des pratiques journalistiques, que de sortir d’une interview une phrase choc qui permette d’attirer l’attention des lecteurs.
A propos de cette même phrase, il convient de verser au dossier l’intervention que devait faire Thomas Sankara le soir du 15 octobre 1987,le jour où il a été assassiné (voir cette intervention à l’adresse (...)


Henriette Ekwé, militante de l’UPC (Union du peuple du Cameroun) « Sankara nous a aidés dans la clandestinité »

Nous vous proposons cet extrait d’une interview de Henriette Ekwé, militante de l’UPC au Cameroun. Elle a été publiée dans un nouveau mensuel burkinabé "Mutations" apparu en août 2011 dont il faut saluer la parution tant la qualité parait prometteuse. Nous vous proposons d’ailleurs en PDF, le numéro 0 pour que vous jugiez par vous-même. Une occasion supplémentaire pour saluer la qualité globale de la presse burkinabè. Elle reste notre source principale d’information (...)


"L’expérience des CDR fut hautement positive qu’il faudrait recommencer si l’occasion se présentait. Avec un meilleur encadrement au plan politique notamment !" interview d’Inoussa Ouedraogo, ancien militant CDR

Nous vous proposons ci-dessous une interview d’Inoussa Ouedraogo sur l’expérience des CDR. Approchant la cinquantaine, il continue à défendre l’éxpérience de la révolution. Mais il n’en garde pas moins un point de vue critique sur certaines insuffisances des CDR. Les interviews d’anciens militants de CDR de base sont rares. Celle-là nous éclaire un peu plus sur le rôle que jouait ces "structures du pouvoir populaire" et sur les contradictions qui les (...)


Révolution d’août 1983 : Un témoignage sur la vie du président Thomas Sankara

L’indépendant N° 934 du 9 août 2011
La commémoration du 4 aout de cette année se passe dans un contexte particulier. Deux évènements majeurs sont intervenus avant le jour J. La tombe du président Thomas Sankara, sis au cimetière de Dagh Nöen a été profanée. Un acte condamnable parce que contraire à la morale. Aussi, les députés de l’assemblée nationale française viennent d’adopter une résolution. « En application des articles 140 et suivants du Règlement, est créée une (...)


Pages : 0 | 15 | 30 | 45 | 60


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs :

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Français  Suivre la vie du site DOCUMENTS  Suivre la vie du site Témoignages   ?

44 visiteurs en ce moment

visiteurs_connectes