Motion sur la conscientisation de la jeunesse

Considérant que la jeunesse, fer de lance des peuples et numériquement la plus importante, reste séduite par les idées de Thomas SANKARA,

Considérant que la jeunesse est sacrifiée sur l’autel des intérêts capitalistes des dirigeants de la Françafrique et des transpuissances économiques ;

Considérant qu’après avoir anéanti l’homme, on tente d’anéantir ses œuvres afin de maintenir nos consciences dans l’obscurantisme, Considérant les aspirations de la jeunesse à un renversement de la nomenklatura des syndicats de chefs d’états Africains pour une Afrique unie, et prospère dans un monde de liberté, d’égalité et de justice, comme l’a voulu Thomas SANKARA ;

Considérant le rôle historique de la jeunesse burkinabé avant et pendant la Révolution burkinabè,

Considérant les riches enseignements sur le plan comportemental, de la gestion, etc. laissés par Thomas SANKARA;

Nous, Participants au Symposium International Thomas SANKARA, tenu du 11 au 14 octobre 2007 à Ouagadougou, Burkina Faso,

Recommandons :

la formation politique, idéologique et civique de la jeunesse aux idées fécondes et salvatrices du Capitaine Thomas Sankara, en vue d’opérer le changement par une relève de la jeunesse à la tête de nos micro-Etats désunis, spoliés par des dirigeants incompétents et pillés par les puissances impérialistes,

la mobilisation de la jeunesse autour du sankarisme pour le triomphe du panafricanisme dans le sankarisme, avec esprit de suite.

Les Participants


Motion de condamnation de la Françafrique comme principal auteur et commanditaire de l’assassinat du Président Thomas Sankara

considérant les manœuvres orchestrées par Guy Penne dès mai 1983 visant l’arrestation du Capitaine Thomas SANKARA ;

Considérant les implications de certains pays membres de la Françafrique dans le complot qui a conduit au 15 octobre 1987;

Nous, Participants au Symposium International Thomas SANKARA, tenu du 11 au 14 octobre 2007 à Ouagadougou, Burkina Faso,
1. Désignons et condamnons la Françafrique comme responsable de l’assassinat du Président Thomas SANKARA,

2. Exigeons l’ouverture des archives françaises, togolaises, ivoiriennes et libyennes afin que toute la lumière soit faite sur l’assassinat du Président Thomas SANKARA

Fait à Ouagadougou, le 14 octobre 2007 Les Participants


Motion de condamnation du droit de veto détenu par les 5 membres du conseil de sécurité de l’ONU

Considérant la Charte des Nations Unies qui reconnaît le principe d’égalité des peuples

Considérant la mainmise des grandes puissances sur l’Organisation des Nations Unies ;

Considérant le caractère anti-démocratique du droit de veto et son incapacité à prévenir et à empêcher les conflits armés dans le monde ;

Considérant l’usage abusif et cynique de ce droit de veto par les grandes puissances au profit de leurs seuls intérêts égoïstes

Nous, Participants au Symposium International Thomas SANKARA, tenu du 11 au 14 octobre 2007 à Ouagadougou, Burkina Faso,

1. Condamnons fermement le principe et l’usage du droit de veto au sein du Conseil de sécurité ;

2. Recommandons don abandon pure et simple et son remplacement par un mécanisme plus respectueux du principe d’égalité entre les Etats-membres.

Fait à Ouagadougou, le 14 octobre 2007

Les Participants


Motion d’appel aux femmes

Considérant l’implication des femmes dans l’administration territoriale, la diplomatie et les gouvernements successifs sous la Révolution ;

Considérant le rôle de figuration dans laquelle la femme burkinabè est confinée sous la 4ème république ;

considérant l’exploitation à large échelle et l’instrumentalisation dont les femmes burkinabé sont victimes
considérant les activités indignes menées sous la IVème République et qui ternissent l’image de la femme,

Nous, Participantes au Symposium International Thomas SANKARA, tenu du 11 au 14 octobre 2007 à Ouagadougou, Burkina Faso, appelons les femmes burkinabè à un sursaut d’orgueil pour restaurer sa dignité en s’impliquant dans les partis sankaristes aux cotés de nos époux et de nos enfants pour constituer une alternance crédible, fondement de notre promotion et de notre épanouissement.

Fait à Ouagadougou, le 14 octobre 2007

Les Participants


Motion de remerciement a la presse

Considérant les tentatives infructueuses du CDP et son pouvoir d’étouffer le déroulement du Symposium international Thomas SANKARA,

Considérant la couverture plus qu’honorable des manifestations par la presse nationale et internationale ;

Considérant que la démocratie multipartite ne saurait s’accommoder de la pensée unique telle que voulue par le pouvoir liberticide actuel,

Nous, Participantes au Symposium International Thomas SANKARA, tenu du 11 au 14 octobre 2007 à Ouagadougou, Burkina Faso,

Adressons nos vives félicitations à la presse toute entière, pour les larges échos de la manifestation,

Marquons notre solidarité à l’égard des journalistes inquiétés, embastillés ou torturés à travers le monde et exigeons l’arrêt sans délai des atteintes à la liberté de presse et à l’intégrité des hommes de médias ;

Marquons particulièrement notre soutien aux forces démocratiques et aux journalistes du Niger et exigeons la libération immédiate des journalistes Moussa KAKA et son confrère Ibrahim Diallo et exigeons l’arrêt des menaces à l’endroit du journaliste SAMA Karim dit SAM’S.K le JAH.

« Pour que passe la liberté, les détourneurs de la liberté ne doivent pas passer »

Fait à Ouagadougou, le 14 octobre 2007

Les Participants


Recommandations

Les participants au symposium international Thomas Sankara, dans le cadre de la conceptualisation du sankarisme recommandent:

1. L’élaboration d’un Code d’éthique Sankariste, afin d’établir les points de repères de comportements que devraient avoir les Sankaristes. Cela éviterait l’amalgame et l’infiltration des opportunistes dans le mouvement Sankariste.

2. L’Unité des Sankaristes pour fédérer les énergies, les ressources humaines, afin de conquérir l’électoral pour une prise du pouvoir d’Etat. Cette prise de pouvoir permettra la mise en œuvre d’un programme politique avec une vision Sankariste.

3. La mise en place d’un comité international de rédaction de la conceptualisation du Sankarisme regroupant des Burkinabé de la société civile, des partis politiques Sankaristes, des personnes ressources et des camarades Sankaristes à l’international.

4. La poursuite du travail enclenché par le comité national d’organisation et les différentes délégations étrangères et clubs Thomas Sankara, au-delà de la commémoration des 20 ans de son assassinat; pour promouvoir et défendre le Sankarisme.

5. Recommandons au comité de s’appuyer sur la Fondation Thomas Sankara pour l’humanité, pour fédérer les énergies, capitaliser les idées, les pensées et les actions de Thomas Sankara, pour les faire connaître à travers le monde.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp!
SVP saisissez votre nom ici

17 − 9 =