Fable documentaire – Couleur – 16:9 – 56 min. – VO français, moré – ST français, english

Sur le mode de la parabole et de la causerie, entre sommeil et réveil, entre ombre et lumière, Qui es-tu octobre ? revient sur l’insurrection populaire survenue au Burkina Faso en octobre 2014 et restitue le portrait d’une société burkinabè profondément marquée par la pensée de Thomas Sankara assassiné, 28 ans plus tôt, en octobre 1987.

Un film « performé »

Rejouer, jouer de l’écho, les flashs d’information résonnent sur les murs en banco du microcosme d’un quartier populaire de Ouagadougou où les femmes cuisinent à ciel ouvert dans les cours. Rejouer l’insurrection populaire, tel est l’enjeu du pacte scellé par la réalisatrice avec les habitants, essentiellement des femmes et des adolescents, du quartier de Norsin retranché de la fureur qui s’abattra sur le centre ville au sein des institutions et des ambassades pendant l’insurrection.

Avec ce film Julie Jaroszewski prolonge l’expérience d’un atelier théâtral avec un groupe de jeunes acteurs non-professionnels et scénarise son film autour de Mika, 18 ans, qui assiste à la montée de l’insurrection et à ses conséquences. Qui es-tu octobre ? est un film « performé » en ce sens qu’il entre dans le champ de la performance tant dans sa conception et sa genèse que dans sa mise en œuvre. En mêlant théâtre et cinéma au cœur de son dispositif filmique Julie Jaroszewski propose aux témoins que sont les habitants de Norsin d’être acteurs de leur histoire, de la rejouer comme pour mieux la saisir et nous la transmettre.

En arrière-plan le contexte historique et politique du pays. On se laisse volontiers entraîner dans le sillage de la réalisatrice  mais les ruptures fréquentes du scénario demandent alors un réel effort de lecture au spectateur. Ce « film-école » comme le  décrit joliment sa réalisatrice, aura ses moments de grâce mais aussi ses difficultés. Au montage,  il agence des images d’archives – comme ce sidérant plan-séquence de la prise de l’Assemblée Nationale commentée en direct et en « in » par un journaliste dans sa course essoufflée avec la foule et face aux militaires qui reculent – à des séquences plus intimistes mises en scène et filmées avec justesse, comme le repas familial qui nous renvoie à la réalité quotidienne des Burkinabè.

En combinaison, des séquences oniriques ou discursives insèrent les femmes au cœur du dispositif poétique de la réalisatrice. Et c’est peut-être dans ce foisonnement d’émotions et d’angles de vue que le film perd un peu de son élan. Les plans très serrés sur les objets du quotidien saisis par la caméra de Pauline Fonsny, la séquence en surimpression sur le poème de Novalis ou celle de l’accouchement, le traitement du son avec des archives sonores reconstituées ou réelles multiplient les points d’entrée. On ne voit alors plus très bien ce que représente le frêle Mika, dont le personnage central est rapidement recouvert au plan scénaristique par des pistes de travail prometteuses mais inabouties dans le film.

Qui es-tu octobre ? ne prétend pas à un discours savant sur l’Histoire du Burkina Faso, il narre avant tout l’impossibilité pour tout un peuple de faire le deuil de Sankara. Il tente aussi de dépeindre l’incroyable retournement de l’Histoire, d’un octobre à l’autre, dont auront été acteurs et témoins les burkinabè comme le proclamera Izaac Zida, personnage majeur de la Transition, au lendemain de la fuite de Blaise Compaoré. Qui es-tu octobre ? est un film-poème attachant et l’on ne peut que se réjouir de la multiplicité des œuvres de théâtre, cinéma ou arts visuels faisant référence à Thomas Sankara et à sa pensée.

Frédérique Lagny, 02 septembre 2017.

Bande annonce


Fiche technique
Un film réalisé par Julie Jaroszewski
Assistée de Pauline Fonsny et Abdoul Mouhaïminou Compaoré
Produit par La Baleine Noire asbl   (contact CONTACT – La Baleine Noire asbl / [email protected] / +32 (0)497 85 54 60)
Coproduit par Afreecam Productions, Atelier Graphoui, AJC!
Avec le soutien de la Coopération belge au développement
Et l’appui de la SCAM-SACD, d’Africalia et du BIJ
Interprétation: Mikaïla Konaté, Xaviere Ouedraogo, Nabaloum Kibsa, Levy Sama, Evaris Nabolé, Gladys Dondassé, Faris Ouedraogo, Assia Siata Derra
Montage Image: Pauline Fonsny

Montage son: Cyril Mossé

Photo extraite du film Qui es-tu octobre
Production: Alice Lemaire
Etalonnage: Lou Vernin
Mix: Iannis Heaulme
Musique originale:  Moaga
Langue :français, Moré
Sous-titre : français, Anglais
Pays de production : Belgique, Burkina Faso
Support de projection : DCD, DVD HD

Présentation de la réalisatrice
Julie Karoszewski (photo ©Festival de Nyon)

Julie Jaroszewski est une artiste belge, formée à l’INSAS en interprétation dramatique.  Auteure pluridisciplinaire, elle exerce aussi bien dans la musique, le théâtre que le cinéma.

Profondément liée au Burkina Faso, elle y a voyagé une dizaine de fois depuis 13 ans.
En 2012, elle participe en tant qu’autrice au Festival Panafricain Les Récréatrales, c’est à cette occasion qu’elle rencontre Mikaïla Konaté, qui deviendra le personnage principal du film Qui es-tu Octobre?
En 2013, elle réalise au Burkina le court métrage Avis de réception
En 2014, marquée par l’insurrection en cours dans le pays, elle décide de réaliser
Qui es-tu Octobre?
Depuis plusieurs années, elle donne et collabore à des ateliers cinématographiques ou théâtraux avec des groupes d’enfants dans des quartiers populaires.
En 2010, elle a co-réalise avec Maxime Pistorio le film Standards , qui est sélectionné de nombreux festivals internationaux: FID Marseille, Rotterdam…
Parallèlement à ses recherches cinématographiques, elle continue à se produire en tant que comédienne et chanteuse (Lorent Wanson/Théâtre Epique, Une Aube Boraine, Furia…).
Elle met actuellement en scène Le Choeur d’Ali Aarrass , une pièce théâtrale et musicale de type documentaire, qui accompagne la lutte pour la libération du célèbre prisonnier belgo-marocain soutenu par l’ONU et Amnesty International. Ce travail a entre autre été présenté au Théâtre National de la Communauté Française de Belgique dans le cadre du Festival des Libertés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp!
SVP saisissez votre nom ici

trois × 4 =